Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Aides à la garde d'enfants : 8.000 familles encore concernées par des bugs, un numéro dédié mis en place

-
Par , France Bleu

Près de 8.000 familles éprouvent encore des difficultés à percevoir les allocations auxquelles elles ont droit pour financer leur nounou. Lundi, l'Urssaf, dont dépend Pajemploi et la Caf ont indiqué qu'un numéro dédié, non surtaxé, était mis en place pour les familles concernées.

Près de 8.000 familles subissent toujours des bugs liés au versement des aides pour la garde d'enfants.
Près de 8.000 familles subissent toujours des bugs liés au versement des aides pour la garde d'enfants. © Maxppp - Philippe NEU

Des parents obligés d'arrêter de travailler pour garder leur enfant car ils ne peuvent plus payer la nounou, des familles "interdit bancaire", des parents obligés d'économiser sur la moindre dépense... Des dizaines de milliers de familles ont été victimes des dysfonctionnements liés à la réforme du CMG, le complément du mode de garde, cette aide destinée à compléter le financement d'une nounou ou d'une garde à domicile. Ces parents n'ont plus reçu le CMG depuis plusieurs mois, ou se sont fait prélever les charges sociales de leur nounou normalement prises en charge par la CAF. 

30.000 familles ont subi des dysfonctionnements, 8.000 toujours concernées 

Sur les 850.000 familles qui emploient une nourrice ou une garde à domicile, 30.000 familles ont été victimes de dysfonctionnements, et près de 8.000 familles le sont toujours, ont reconnu lundi dans un communiqué commun la CAF et L'Urssaf, dont dépend la plateforme dédiée aux parents employeurs  Pajemploi.

Après un entretien avec le collectif "Familles en lutte", l'Urssaf et la CAF indiquent également qu'un nouveau point de situation sera effectué le 10 décembre.

Un numéro non surtaxé pour les familles 

Un numéro dédié et non surtaxé a également été mis en place ce lundi pour les familles concernées : il s'agit du 0 806 804 229, qui fonctionne du lundi au vendredi de 9h à 17h. 

Les deux services indiquent que des acomptes peuvent être versés aux familles qui le demandent, et qu'une commission d'urgence sociale a été mise en place pour les familles les plus fragilisées par cette situation.

"On a l'impression que ça bouge enfin - Jérémie, membre du collectif "Familles en lutte" 

Ces annonces sont une bonne nouvelle pour Jérémie, membre du collectif "Familles en lutte". Ce papa d'un petit garçon qu'il fait garder a cumulé 3.300 euros d'aides non versées ou de sommes indûment retirées, avec un CMG non versé depuis le mois de mai et des cotisations sociales injustement prélevées. "Au moment de la réforme et des changements dans le système informatique, j'ai l'impression qu'ils n'ont pas été assez réactifs, et maintenant j'ai l’impression qu'ils le sont de plus en plus, ils sont conscients du problème", explique-t-il."On a l'impression que ça bouge enfin. Mais ils nous disent qu'il corrigent les bugs depuis juin, et le problème c'est qu'il reste encore 8.000 familles concernées."

De nouveaux bugs en janvier ? 

Le collectif s'inquiète aussi du risque de nouveaux bugs en janvier, avec la mise en place de nouvelles réformes sur la garde d'enfants. À partir du 1er janvier, de nouvelles réformes vont être mises en place, notamment avec le prélèvement à la source pour les assistantes maternelles et le CMG qui sera maintenu jusqu'à l'entrée à l'école de l'enfant, alors qu'aujourd'hui, il est alloué jusqu'au trois ans de l'enfant. Des réformes qui entraîneront d'autres modifications dans les systèmes informatiques. "Ces nouveaux réglages accroissent le risque de nouveaux bugs", s'inquiète Jérémie. "On espère donc que ces nouveaux changements informatiques ne vont pas créer des problèmes supplémentaires", s'alarme le jeune papa.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu