Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gaz, chômage partiel, trêve hivernale : ce qui change ce 1er juin 2021

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Prix du gaz, fin de l'état d'urgence sanitaire, baisse des aides de l'Etat aux entreprises, trêve hivernale... De nombreux secteurs voient des changements arriver en ce 1er juin. On vous explique tout.

Les aides aux secteurs en difficulté, comme l'hôtellerie ou la restauration, évoluent.
Les aides aux secteurs en difficulté, comme l'hôtellerie ou la restauration, évoluent. © Maxppp - Cedric JACQUOT

Tarif du gaz en hausse, fin de l'état d'urgence sanitaire, entrée en vigueur du pass sanitaire, fin de la trêve hivernale, évolution des aides de l'Etat aux entreprises en difficulté... Voici les principaux changements qui vont affecter votre vie quotidienne et qui entrent en vigueur en ce 1er juin. 

Les tarifs réglementés du gaz augmentent de 4,4%

Les tarifs réglementés du gaz, appliqués par Engie, augmentent de 4,4% en ce 1er juin. Une hausse notamment liée à la hausse des prix du gaz sur le marché mondial et de stocks européens plus faibles que d'ordinaire. "Cette hausse est de 1,2% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 2,6% pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 4,6% pour les foyers qui se chauffent au gaz", a précisé la Commission de régulation de l'énergie.

Tarifs réglementés du gaz : hausse de 4,4% le 1er juin 2021.
Tarifs réglementés du gaz : hausse de 4,4% le 1er juin 2021. © Visactu

Diminution des aides de l'Etat aux secteurs en difficulté

Les aides de l'Etat aux secteurs les plus touchés par la crise sanitaire sont maintenues, mais diminuent progressivement à partir de ce 1er juin.

Le fonds de solidarité, qui indemnise les entreprises du tourisme, de la culture, du sport, de l'événementiel et des secteurs liés à hauteur de 20% de leur chiffre d'affaires réalisé avant la crise, est maintenu pour trois mois, jusqu'à fin août.

Mais l'indemnisation est limitée, en juin, à une part de 40% de la perte de chiffre d'affaires, avec toujours un plafond d'indemnisation de 20% du chiffre d'affaires réalisé avant la crise. En juillet, la part indemnisée baissera à 30% de la perte de chiffre d'affaires, pour passer à 20% en août.

Le chômage partiel évolue

Les entreprises des secteurs protégés (hôtellerie-restauration, sport, culture et événementiel) continuent à bénéficier d'une prise en charge à 100% par l'Etat. Pour les entreprises des secteurs non-protégés, le reste à charge passe de 15% à 25%. Ensuite, en juillet, les salariés des secteurs non protégés verront leur salaire net pris en charge à 72%, et non plus 84%, par l'Etat. Ce sera à leur employeur de compléter éventuellement.

Fin de la trêve hivernale 

La trêve hivernale se termine ce 1er juin cette année, au lieu du 1er avril en temps normal. L'an dernier, elle avait également été repoussée en raison des conséquences de la crise sanitaire. Les expulsions seront menées "de façon beaucoup plus progressive", a indiqué Emmanuelle Wargon, la ministre du Logement sur France Inter le 21 mai. Elle a notamment promis de "mieux prendre en compte la situation des personnes, de proposer un relogement ou un hébergement à chaque personne concernée et d'indemniser les propriétaires" si le locataire n'est pas immédiatement expulsé.

Fin de l'état d'urgence sanitaire 

L'état d'urgence sanitaire prend fin ce 1er juin. Un état transitoire est mis en place jusqu'au 30 septembre : le gouvernement peut prendre certaines mesures, par exemple sur les déplacements, l'accès aux commerces ou les rassemblements. Le recours au couvre-feu et aux confinements locaux est limité, sachant que le couvre-feu est en vigueur jusqu'à fin juin. 

Dans dix jours, le pass sanitaire entre en vigueur

Le pass sanitaire entrera en vigueur à partir du 9 juin. Il sera limité aux grands rassemblements,  de plus de 1.000 personnes, qui ne permettent pas d'appliquer les gestes barrières. Pour accéder à ces grands rassemblements, il faudra obligatoirement présenter un résultat négatif de dépistage du virus, un justificatif de vaccination, ou encore une attestation de rétablissement après une contamination.  

Ce pass sanitaire est soumis à des garde-fous limitant les atteintes aux libertés individuelles. Seules des personnes habilitées pourront procéder aux contrôles.

La PrEP, le traitement préventif contre le sida, peut être prescrite par les généralistes

Tous les médecins, notamment les généralistes, peuvent désormais proposer la Prep, le traitement préventif contre le VIH, à leurs patients, à compter de ce 1er juin. Jusqu'ici, la première prescription de ce traitement ne pouvait être faite que par des médecins de services hospitaliers qui prennent en charge le VIH, ou dans un centre gratuit de dépistage et de diagnostic. Le médecin traitant ne pouvait que renouveler l'ordonnance.

Réouverture de la billetterie de la Tour Eiffel 

Vous souhaitez visiter la Tour Eiffel, qui doit rouvrir le 16 juillet ? La billetterie en ligne de l'édifice parisien rouvre ce 1er juin. La vente physique des billets au pied du monument, elle, restera possible lors de la réouverture. Le 16 juillet, l'ensemble des étages seront accessibles au public, hormis quelques zones de chantier, au deuxième étage.

Ce qui change en ce 1er juin.
Ce qui change en ce 1er juin. © Visactu - Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess