Société

Génocide au Rwanda : "Avec ce procès, des choses vont se mettre au clair"

Par Xavier Ridon, France Bleu Gironde mercredi 5 février 2014 à 6:00

Sosthène Munyemana

Ouvert depuis ce mardi à Paris, le procès historique d'un ancien capitaine rwandais accusé de complicité dans le génocide a un écho particulier en Gironde. Il rappelle à la mémoire une instruction qui est en cours depuis 1995, le dossier du Dr Sosthène Munyemana.

Le travail de mémoire en France à propos du génocide rwandais et de ses 800.000 morts en 100 jours ne fait que commencer. Vingt ans après les faits, un procès historique ouvre à Paris auquel va témoigner un Bèglais, l'historien Jean-Pierre Chrétien, spécialiste des grands lacs en Afrique. Ce procès ouvert redonne de l'espoir à l'association Cauri, dont la présidente, Adélaïde Mukantabana avait porté plainte contre Sosthène Munyemana.

Fiché par Interpol

Depuis 1995, Sosthène Munyemagna est accusé d'avoir participé au génocide rwandais. L'homme était alors médecin. Quatre rwandais ont porté plainte contre lui et il a été mis en examen pour génocide et crime contre l'humanité. Fiché par Interpol depuis 2006, cet homme est installé en Gironde et il est urgentiste à l'hopital de Villeneuve-sur-Lot.

Au Rwanda, il a été condamné deux fois par contumace. Arrivé en France, l'État refuse son droit d'asile autant que son extradition. Il est placé sous controle judiciaire. L'instruction contre lui est toujours en cours et donc les interrogatoires continuent. Le dernier en date, c'était il y a près d'un an et il s'agissait d'une confrontation par vidéo-conférence entre l'accusé et un rwandais qui le mettait en cause. Mais depuis aucune autre convocation n'est à l'ordre du jour.

Son avocat affirme que l'instruction est désormais instruite de "manière normale". Il faut dire que depuis plusieurs années, les relations entre la France et le Rwanda se sont un peu apaisées.

Mémorial en hommage à Bègles

Le procès qui a lieu en ce moment, tout comme l'instruction en cours contre Sothène Munyemagna montre le travail de mémoire en cours. Preuve aussi de ce travail, un mémorial a été inauguré en novembre dernier à Bègles. Il s'agit du 3e mémorial français en hommage aux victimes du génocide rwandais.

"Le dossier Munyemana est un élément principal dans le génocide du Rwanda"