Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gérardmer : des contrôles renforcés cet été contre les nuisances sonores

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Les Géromois sont de plus en plus nombreux à se plaindre des nuisances sonores, provoquées par les vacanciers à la saison haute. Cette année, la ville a décidé de renforcer les contrôles, grâce à un travail conjoint de la police et de la gendarmerie.

Gendarmes d'active et réservistes patrouillent dans les rues de Gérardmer
Gendarmes d'active et réservistes patrouillent dans les rues de Gérardmer © Radio France - Seina Baalouche

Les vacanciers d'été sont de retour dans les Vosges. Et avec eux les éventuelles nuisances sonores. A Gérardmer, les riverains se plaignent de plus en plus de tapages, notamment en soirée. 

Installée en plein centre-ville, Valérie voit chaque été son quotidien gâché par les regroupements sur la voie publique. "Le week-end, les jeunes sortent, boivent plus que de raisons et ça finit en bagarre dans les rues, se lamente-t-elle. Ça fait beaucoup de bruit, forcément. On ne dort pas de la nuit !" 

On ne dort pas de la nuit !

Un constat que partage le maire de la ville, Stessy Speissmann. Depuis deux ans, les appels pour nuisances sonores sont en hausse. Des faits souvent produits par de larges groupes, qui louent des résidences de vacances. La population de Gérardmer est multipliée par quatre à la saison haute, pour atteindre jusqu'à 40 000 personnes.

Cette année, le phénomène est amplifié par la fermeture des discothèques. "On a deux boîtes de nuit en centre-ville qui sont fermées cet été, explique l'édile. Ce qui provoque des regroupements sur la voie publique, à la sortie des bars."

Un travail conjoint de la police et de la gendarmerie

La ville a donc décidé de prendre les choses en main, avec des contrôles renforcés, opérés à la fois par les équipes de police et de gendarmerie. De 8h à 22h, la police municipale patrouille, puis les gendarmes prennent le relais pour la nuit. 

"On fait des patrouilles sur initiative, dès qu'on voit qu'il y a du bruit, on se rend sur place, explique Hugues Pierron, responsable de la police municipale. Les riverains ont souvent peur d'appeler au moment des faits, ils nous préviennent le lendemain. Il faudrait que les gens aient le réflexe d'appeler, pour qu'on puisse intervenir."

Les agents font d'abord preuve de pédagogie, mais si les tapages se reproduisent, la sanction peut aller jusqu'à une contravention de 68 euros, voir même la saisie du matériel. "Lors d'une intervention récemment, nous avons saisi une chaîne hifi, raconte l'adjudant-chef Eric Staerck. La personne a été convoquée en justice et elle n'a plus de matériel, ce qui a bien calmé les choses dans le quartier."

Ce dispositif de contrôle renforcé se poursuivra tout l'été.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess