Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Gestes barrières : du relâchement dans les bars de la Côte d'Azur

-
Par , France Bleu Azur

Le regain de l'épidémie de Covid-19 en région PACA n'inquiète pas forcément les clients des bars. Les gestes barrières sont de moins en moins respectés à l'intérieur des restaurants et cafés. La ville de Cannes réclame davantage de contrôles de la part des autorités, le maire de Nice menace.

un relâchement constaté dans les bars de la Côte d'Azur concernant les gestes barrières
un relâchement constaté dans les bars de la Côte d'Azur concernant les gestes barrières © Radio France - Sonia Ghobri

En terrasse, des groupes se forment sur les tables hautes, on discute, sans masque et sans distance physique. À l'intérieur, on se croise, sans masque là-aussi. On observe dans plusieurs établissements de la Côte d'Azur un relâchement des comportements.

Christophe Souques est vice-président de l'UMIH 06, l'Union des métiers de l'hôtellerie et restauration, il gère cinq bars à Nice et Cannes et il appelle les clients à la responsabilité et les gérants à surveiller. 

Christophe Souques

Certains établissements ont du mal à gérer l'affluence et se disent parfois dépassés. Les règles d'hygiène sont pourtant rappelées sur des affichettes à l'entrée, mais il faut rappeler sans cesse à la vigilance quant aux règles sanitaires. Le gouvernement n'exclut pas, en cas de reconfinement localisé, la possibilité de fermer des bars et des restaurants.

Cannes réclame davantage de policiers nationaux pour contrôler

Le préfet a patrouillé ce week-end aux cotés des polices nationales et municipales à Nice et constaté qu'un bar du quai des Etats-Unis ne respectait pas les règles de distanciation en terrasse : "On voit une masse de clients regroupés les uns contre les autres en train de consommer de l'alcool".

 À l'extérieur, la distance d'un mètre doit être respectée entre chaque table, à l'intérieur danser est interdit, le masque est obligatoire lorsqu'on se déplace. Le maire de Nice, Christian Estrosi a prévenu ce week-end : "Des agents des services des terrasses vont davantage contrôler et faire respecter les distances d'un mètre entre chaque table, si ce n'est pas le cas, les autorisations d'extension de terrasses pourront être retirées."

À Cannes, on observe le même laisser-aller dans certains établissements. Thierry Migoule, directeur de cabinet du maire, regrette que la police nationale ne soit pas plus présente pour contrôler, verbaliser là où on ne respecte pas les gestes barrières :" il y a une responsabilité de la part des exploitants qui ont des normes à respecter très claires, on ne peut pas avoir un établissement qui fait discothèque. Mais il faut aussi que la police contrôle, or la police municipale n'a pas ce pouvoir, elle n'a pas le droit de verbaliser. Ce qu'on réclame c'est un renfort de policiers nationaux là où les flux de population sont les plus importants cet été." 

Thierry Migoule, directeur de cabinet du maire de Cannes

Christophe Souques, vice-président de l'Union des métiers de l'hôtellerie et restauration à Nice, croit qu'on peut s'amuser, faire la fête tout en étant respectueux des gestes barrières : "À la fois Nice et Cannes sont connues pour être des destinations soleil, vacances, festives. Mais il faut s'habituer à porter les masques, à être heureux avec, ça va certainement durer et on ne peut pas prendre de risque de contaminer la population. Si on n'est pas ferme tout de suite, ce qu'on risquera ce sera la mise en demeure voire la fermeture administrative des établissements." 

reportage

Choix de la station

À venir dansDanssecondess