Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : lourd bilan à Paris après la journée de violences samedi

dimanche 2 décembre 2018 à 10:01 Par Émilie Defay, France Bleu Paris et France Bleu

De véritables scènes de guérilla urbaines ont secoué la capitale samedi en marge de la mobilisation des gilets jaunes. Le bilan humain et matériel est très lourd.

De nombreuses voitures ont été incendiées samedi en marge de la manifestation des gilets jaunes comme ici près de la place de l'Etoile, à Paris
De nombreuses voitures ont été incendiées samedi en marge de la manifestation des gilets jaunes comme ici près de la place de l'Etoile, à Paris © Maxppp - Christophe Petit Tesson

Paris, France

L'heure est au nettoyage ce dimanche matin dans les rues de Paris. Et au recensement des dégâts. Le bilan des violents affrontements de la journée samedi, en marge de la mobilisation des gilets jaunes, est très lourd. Sur le plan humain d'abord : 133 personnes ont été blessées dont 23 parmi les forces de l'ordre a indiqué dimanche la préfecture de police. 

Au total, 412 personnes ont été interpellées par la police dont 378 ont été placées en garde à vue. Ce bilan est nettement supérieur à celui de la précédente mobilisation le 24 novembre. Selon la préfecture de police, les violences avaient fait 24 blessés, dont 5 côté forces de l'ordre. 103 personnes avaient été interpellées, dont 101 placées en garde à vue.

Des dégradations importantes

Toute le journée de samedi, Paris a été le théâtre d'importantes violences urbaines. Les affrontements ont commencé autour de la place de l'Etoile avant de se multiplier dans la capitale, notamment sur les grands boulevards et la rue de Rivoli, du côté de la place de la Concorde. "On a identifié à peu près 3.000 personnes qui ont tourné dans Paris" et ont commis des dégradations, a explique Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur sur BFMTV.

Voitures incendiées, vitrines brisées, magasins pillés, mobilier urbain détruit...La liste des dégradations est longue. L'Arc de Triomphe a également été vandalisé. Une équipe spécialisée s'affaire depuis dimanche matin pour effacer les tags inscrits au pied du monument. 

Des manifestants ont aussi fait tomber une grille du jardin des Tuileries. Une personne, qui s'est retrouver écraser, est grièvement blessé.

Une réunion est prévue à l'hôtel de Paris dimanche matin autour d'Anne Hidalgo avec les maires d'arrondissements concernés par les dégradations, pour faire le point sur la situation. Plusieurs centaines d'agents de la ville ont été mobilisés toute la nuit et continueront de l'être dimanche pour "remettre en état les rues de Paris", a indiqué sur Twitter Christophe Najdovski, l'adjoint en charge des Transports.

Vendredi, l'adjointe à la sécurité, Colombe Brossel, avait annoncé sur France Bleu Paris, que le montant des dégradations de la précédente journée de mobilisation le 24 novembre dépassait le million d'euros.