Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : fin de manifestation agitée à Besançon

samedi 8 décembre 2018 à 18:30 Par Christophe Mey, France Bleu Besançon

Alors que plus de 700 gilets jaunes ont manifesté ce samedi après-midi dans le calme à Besançon, la fin du cortège a été marquée devant la préfecture par des affrontements entre les forces de l'ordre et une partie des manifestants qui refusaient de se disperser.

Le contenu d'une poubelle en feu rue de la préfecture à Besançon ce samedi
Le contenu d'une poubelle en feu rue de la préfecture à Besançon ce samedi © Radio France - Christophe Mey

Besançon, France

La rue de la préfecture envahie par les fumées des grenades lacrymogènes: une scène rarement vue à Besançon. Ce samedi en fin d'après midi, les gendarmes mobiles déployés devant la préfecture du Doubs ont fait usage à plusieurs reprises de grenades lacrymogènes pour repousser les derniers manifestants qui refusaient de quitter les lieux. 

Les manifestants voulaient rencontrer le préfet Joël Mathurin, qui a proposé de recevoir  une délégation de quatre personnes,  mais la foule a exigé que le préfet sorte pour dialoguer avec les quatre délégués. Refus du  représentant de l'Etat, et vers 15h40, la situation s'est tendue. Les gendarmes déployés devant le bâtiment ont chargé les gilets jaunes, après les sommations d'usage, la préfecture précise qu'il s'agissait d'une réponse à des jets de projectiles.

Un face à face rue de la préfecture

La plupart des manifestants se sont alors progressivement dispersés, mais une petite centaine de personnes a fait face aux forces de l'ordre rue de la préfecture. Ils ont tenté à plusieurs reprises d'approcher du bâtiment, à chaque fois repoussés par des tirs de grenades lacrymogènes. Le contenu d'une poubelle a été vidé au milieu de la rue et incendié, les gendarmes ont alors chargé une nouvelle fois pour permettre aux pompiers d'intervenir. 

Un jeune manifestant a été légèrement blessé à la jambe par un tir de projectile, un tir de flashball affirment certaines dans le camp des gilets jaunes,  mais la préfecture dément: elle affirme que seules des grenades lacrymogènes ont été tirées par les forces de l'ordre. 

Les manifestants les plus déterminés, quelques dizaines, ont poursuivi leur face à face avec les gendarmes mobiles à l'angle de la rue de la préfecture et de la rue Mégevand jusque vers 17h30. Un autre groupe a été dispersé par les gendarmes devant l'hôpital Saint-Jacques. Huit personnes ont été interpellées lors de la manifestation bisontine, notamment pour port d'armes et outrage. Trois autres interpellations ont eu lieu ce matin à Ecole-Valentin lors de l'intervention des gendarmes mobiles pour dégager le rond point tenu par les gilets jaunes.