Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Samedi de manifestations : à Paris, 163 interpellations et une marche pour le climat perturbée par des black blocs

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Paris

La préfecture de Police de Paris annonce 163 interpellations à 20h, alors que de la 45e journée de protestation des "gilets jaunes" a débuté ce samedi matin. Dans diverses villes de France, ces manifestants prennent part aux marches pour le climat. Des "black blocs" ont perturbé le cortège parisien.

Sur le parcours de la marche pour le climat ce samedi après-midi à Paris.
Sur le parcours de la marche pour le climat ce samedi après-midi à Paris. © AFP - ZAKARIA ABDELKAFI

Paris, France

Les autorités s'attendaient à un samedi "compliqué" : 45e journée de mobilisation des gilets jaunes, marche pour le climat, manifestation contre la réforme des retraites et journées du patrimoine. Ce samedi, la préfecture de Police de Paris a annoncé avoir interpellé 163 personnes à 20h, 120 ont été placées en garde à vue. Un total de 1249 contrôles ont été réalisés dans les zones interdites à la manifestation. 395 personnes ont été verbalisées. Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, suivait très attentivement la situation à Paris et en province, a appris franceinfo auprès de l'Elysée.

Marche pour le climat : cortège perturbé à Paris

Vers 14h, la marche pour le climat parisienne est partie du jardin du Luxembourg, avec, dans le cortège, des centaines de manifestants, dont des "gilets jaunes". La manifestation a été perturbée au niveau de St-Michel. Peu après 15h, la préfecture de police de Paris évoquait des "exactions en cours par des individus violents", appelant les manifestants pacifiques à s'en désolidariser. 

Greenpeace appelait ce samedi à quitter la manifestation parisienne, à cause des violences. Une autre organisation de défense de l'environnement, Youth For Climate, a également appelé les manifestants à quitter les lieux, avant de se raviser : "C'est une erreur de communication, la situation sur place est déstabilisante, nous n'appelons pas à partir mais nous appelons à la prudence."

La préfecture a évoqué 1.000 manifestants "radicaux". Deux commerces ont été "dégradés au moyen de trottinettes lancées contre les vitrines", toujours selon la préfecture de police de Paris. Une journaliste de franceinfo a observé un véhicule en feu. Vers 16h, la manifestation pour le climat a repris sa route dans le calme en direction du parc de Bercy. Elle aura rassemblé 15.200 personnes selon le cabinet Occurence, plus de 38.000 à Paris selon Greenpeace.

Dans différentes villes de France, comme Montbéliard et Toulouse, des rassemblements mêlant "gilets jaunes" et marche pour le climat ont également eu lieu dans l'après-midi, dans le calme.

La manifestation contre la réforme des retraites, formée à l'appel de Force Ouvrière, est partie de Duroc, dans le 7e arrondissement de Paris, à 13h40. Elle réunissait au moment de son départ plusieurs milliers de personnes.

Une matinée sous tension à Paris

Dans la matinée, les premières tensions avaient été signalées Gare St-Lazare. Un millier de personnes, défilant près de la gare du Nord-Ouest de Paris ont été dispersées à coups de gaz lacrymogènes. Des personnes casquées et cagoulées ont déambulé dans l'enceinte de la gare peu avant 10h. 

Après un appel à se rassembler place de la Madeleine à 9h, les "gilets jaunes" se sont donné rendez-vous à 10h sur les Champs-Elysées. Le reporter de France Bleu Paris signalait à 12h que le calme y était revenu, après quelques "moments chauds". Quelques dizaines de manifestants, ne portant pas de gilets jaunes, ont réussi à descendre les Champs, mais les forces de l'ordre sont intervenues très rapidement, pour les disperser, le préfet de police Didier Lallement ayant pris un arrêté d'interdiction de manifester.

Les zones bouclées : les Champs-Elysées et l'avenue de la Grande Armée, l'Assemblée Nationale, l'Hôtel Matignon, le Trocadéro et la Tour Eiffel, le Sénat, la cathédrale Notre-Dame de Paris, et pour la première fois les Bois de Vincennes et de Boulogne. Environ 7.500 policiers et gendarmes sont déployés dans les rues de la capitale a annoncé ce vendredi le préfet de police. À Paris et en région, des bâtiments publics sont fermés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu