Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Acte VII des gilets jaunes : mobilisation en baisse et incidents dans plusieurs villes de France

samedi 29 décembre 2018 à 10:37 - Mis à jour le dimanche 30 décembre 2018 à 10:40 Par Aurore Jarnoux, France Bleu

Des rassemblements étaient organisés dans toute la France ce samedi pour le septième week-end de mobilisation des gilets jaunes. La mobilisation est en baisse, mais des incidents ont éclaté à Rouen, Bordeaux, Toulouse ou encore Nantes. A Paris, les manifestants ont fait "le tour des médias".

Acte VII des gilets jaunes ce samedi 29 décembre.
Acte VII des gilets jaunes ce samedi 29 décembre. © Maxppp - Alexis Sciard

France

Il s’agit du septième samedi de manifestation pour les gilets jaunes dans toute la France. Des rassemblements étaient organisés un peu partout sur le territoire. La mobilisation est en baisse mais des incidents ont éclaté dans plusieurs villes, à Toulouse, Bordeaux, Rouen ou encore Paris, et des barrages filtrants ont eu lieu sur plusieurs autoroutes. 

Le résumé de cet acte VII

  • 12.000 manifestants en France à 14h selon une source policière : 800 participants ce samedi à Paris selon la préfecture de police, près d'un millier à Caen et Nantes, 2.400 à Bordeaux, 1.200 à Metz ou encore 1.500 à Caen.
  • Interpellations : 57 personnes ont été interpellées à Paris selon la préfecture de police, dont 33 placées en garde à vue. Ils sont 26 en garde à vue à Amiens, 13 à Nantes, et six à Lille et Rouen.
  • Des incidents dans plusieurs villes : à Amiens, à Paris, à Toulouse, à Bordeaux, à Nantes, à Caen ou encore à Rouen.
  • Un jeune homme blessé à la tête par un tir de flash-ball à Nantes et un manifestant grièvement blessé à l'œil à Toulouse
Gilets jaunes : sept samedis de mobilisation. - Visactu
Gilets jaunes : sept samedis de mobilisation. © Visactu

Des barrages filtrants aux péages

Des gilets jaunes ont mené ce samedi matin une opération "barrage filtrant" au niveau du péage de La Barque Nord, sur l'autoroute A8 direction Aix-en-Provence. Des manifestants étaient également présents au péage de Portet-sur-Garonne, sur l'autoroute A64 direction Pau.

Selon Vinci autoroutes, quatre échangeurs sont fermés sur les autoroutes A7 et A9. Ceux de Bollène, d'Orange Sud et de Narbonne Sud notamment, suite à des dégradations. Le péage de Bandol, sur l'A50, est lui aussi fermé, car trop endommagé. 

En Isère, une soixantaine de gilets jaunes ont également organisé une opération péage gratuit ce samedi matin à Sainte-Hélène-sur-Isère. Ce samedi soir, la préfecture indique avoir interpellé cinq personnes sur ce péage mais également sur un rond-point à l'entrée d'Albertville, elle ne voulait en effet aucun blocage sur les routes menant aux stations de ski. Toujours selon la préfecture, des pneus ont été incendiés sur la bande d'arrêt d'urgence de l'A43 et des forces de l'ordre ont été caillassées.

Selon le PC Mobilité de Radio France, une manifestation a eu lieu sur l'A10 dans les Yvelines, à hauteur du péage de Saint-Arnoult. Et dans le Nord, l’A16 a été coupée dans les deux sens pendant une heure ce samedi matin, bloquée par une cinquantaine de gilets jaunes, au niveau de l’échangeur 51 de Saint-Folquin.

Les gilets jaunes font "le tour des médias" à Paris

A Paris, des gilets jaunes se sont rassemblés sur les Champs-Elysées. Un important dispositif de sécurité a été mis en place. Et les forces de l'ordre ont repoussé les manifestants sur le bas de l'avenue.

Des centaines d'autres gilets jaunes se sont eux rendus devant les locaux de BFMTV et de France Télévisions dans le 15e arrondissement de la capitale, ce samedi après-midi. Certains manifestants ont jeté des projectiles sur les forces de l'ordre, qui ont répliqué à coups de gaz lacrymogène.

Des interpellations dès le début de matinée à Amiens

A Amiens, la journée a débuté par l’interpellation de 12 gilets jaunes en marge d'une action de filtrage à Glisy, certains en possession de "barres de fer susceptibles d'être utilisées comme arme" selon le parquet. Ils sont en garde à vue. Pour la première fois depuis le début du mouvement, le préfet de la Somme a décidé d'interdire les manifestations dans la capitale picarde. La semaine dernière, cela avait dégénéré : des poubelles avaient été incendiées et du mobiliser urbain dégradé.

Ce samedi après-midi, en marge de la manifestation qui a rassemblé 350 personnes, des casseurs ont tiré des feux d'artifice et jeté des pierres sur les CRS, qui ont alors répliqué avec des gaz lacrymogènes. La journée s'était soldée par 26 interpellations.

Des incidents à Rouen, Toulouse, Bordeaux et Nantes

A Rouen, ils étaient au moins 1.000 à s'être donnés rendez-vous devant la mairie ce samedi matin. Rassemblement dans le calme au départ, mais la manifestation a dégénéré. La porte de la Banque de France a été incendiée, des poubelles ont brûlé et des caméras de vidéosurveillance ont été détruites. Les CRS ont lancé des gaz lacrymogènes pour disperser les gilets jaunes.

Au total, six personnes ont été interpellées.

A Caen, 1.500 personnes étaient mobilisées ce samedi. Le périphérique a été bloqué dans les deux sens. Et la situation s'est tendue devant la préfecture du Calvados en fin de journée. Le préfet a d'ailleurs porté plainte et 13 personnes ont été interpellées.

A Toulouse, 1.350 gilets jaunes ont défilé dans le centre-ville. Mais la situation a dégénéré : des manifestants ont jeté des pierres et des feux d'artifice sur les CRS, qui ont répliqué avec des grenades lacrymogènes. Sept personnes ont été emmenées au commissariat.

Il y a également eu des gaz lacrymogènes à Metz, les forces de l'ordre ont empêché les 1.200 manifestants d'accéder à la préfecture. Environ 400 "excités, casqués, cagoulés, et munis de barres de fer" selon la police, ont tenté de forcer un barrage de gendarmerie. Ils ont ensuite rejoint l'autoroute A31, qui traverse Metz, et ont bloqué la circulation dans les deux sens. 

La manifestation bordelaise, elle, a débuté vers 13h place de la Bourse. La police a fouillé les passants arrivant du Pont de pierre. Par mesure de sécurité, les établissements culturels ont été fermés dont le Musée d'Aquitaine, le Grand Théâtre, des bibliothèques, tout comme l'hôtel de Ville.

L'atmosphère s'est tendue en milieu d'après-midi. 2.400 "gilets jaunes" étaient mobilisés à 15h30, selon la préfecture. Une barricade a été incendiée sur le cours Clémenceau. Les touristes ont été confinés à l'intérieur des allées du marché de Noël, même chose dans les magasins rue Sainte-Catherine.

A Nantes, environ un millier de manifestants ont défilé dans les rues du centre-ville. La situation était tendue, les gilets jaunes ont été repoussés avec des gaz lacrymogènes. Certains commerces ont dû fermer leurs portes. Et cours des 50 otages, un jeune homme de 22 ans a été grièvement blessé à la tête par un tir de flash-ball selon les pompiers de Loire-Atlantique.

La préfecture parle de cinq blessés dont trois forces de l'ordre. Il y a au total 13 gardes à vue.

Ambiance plus calme à Marseille, Belfort ou encore en Bretagne

A Marseille, près de 2.000 gilets jaunes, venus des différents points de blocage de la région, se sont réunis ce samedi matin devant l'Arc de Triomphe, porte d'Aix. Parmi eux, Priscilla Ludosky, l'une des figures du mouvement, à l'origine de la pétition contre la hausse des taxes sur les carburants.

Dans l'après-midi, des manifestants ont investi quelques minutes la gare Saint-Charles, le trafic SNCF a alors été interrompu pendant une vingtaine de minutes. Quatre personnes, qui ont marché sur les voies, ont été interpellées.

En Isère, des gilets jaunes se sont rassemblés sur le rond-point du Minotaure, près du péage de Voreppe. Et l'accès à l'aéroport de Chambéry Saboie a lui été filtré par la gendarmerie

A Saint-Etienne, environ 700 gilets jaunes ont manifesté et quelques heurts ont éclaté à la fin du rassemblement. 20 personnes ont été interpellées et placées en garde à vue.

Ils étaient près d'un millier dans les rues de Valence

Dans le Nord, une marche blanche était organisée dans le centre de Calais en hommage aux personnes mortes depuis le début du mouvement. A Lille, entre 500 et 600 personnes ont battu le pavé, et des heurts ont éclaté avec les forces de l'ordre. Six personnes sont en garde à vue.

A Tours, la manifestation a rassemblé 350 gilets jaunes. Elle s'est terminée vers 18h, deux personnes ont été interpellées.

En Sarthe, environ 50 manifestants étaient postés ce samedi matin au rond-point de l’Océane, au nord du Mans, mais sans filtrage ni blocage. Ils étaient également 150 à 200 à défiler ce samedi après-midi dans le centre-ville du Mans. 

En Bretagne, une quinzaine de voitures ont participé ce samedi matin à une opération escargot sur la rocade de Rennes. En début d'après-midi, 250 à 300 gilets jaunes se sont retrouvés devant les champs libres, près de la gare, dans une bonne ambiance, avant de partir en cortège dans les rue de la capitale bretonne.

Une quarantaine de gilets jaunes étaient également rassemblés à Theix, près de Vannes, au niveau du magasin Leroy-Merlin qui a dû fermer pour la matinée. Toujours dans le Morbihan, une centaine de manifestants ont organisé un barrage filtrant devant le Leroy-Merlin de Quévin. 

Dans les Côtes-d'Armor, le leader du mouvement de Langueux a été interpellé et placé en garde à vue.

Dans le Vaucluse, dans la matinée, 200 gilets jaunes sont entrés à l'intérieur de la galerie marchande Auchan au Pontet. Mais ils ont été rapidement repoussés par les forces de l'ordre. Le magasin a fermé ses portes quelques minutes.

Les gilets jaunes ont été repoussés par les forces de l'ordre au Pontet. - Radio France
Les gilets jaunes ont été repoussés par les forces de l'ordre au Pontet. © Radio France - Adrien Serrière

Une cinquantaine de gilets jaunes se sont également réunis place de la République à Strasbourg. Ils se sont ensuite rendus au niveau du pont de l'Europe à Kehl pour distribuer des tracts aux automobilistes.

Environ 500 gilets jaunes ont marché dans le centre-ville de Pau samedi matin. Ils se sont arrêtés devant les permanences parlementaires des députés Modem Josy Poueyto et Jean-Paul Mattei. Ils ont également repris le péage de Pau-centre en début d'après-midi.

Ambiance bon enfant à Belfort : plus de 150 gilets jaunes ont manifesté en centre-ville ce samedi, sous le signe des paillettes, en clin d’œil au réveillon du nouvel an. Même esprit à Mont-de-Marsan où 130 gilets jaunes ont participé à une marche citoyenne et festive.

Les gilets jaunes de Mont-de-Marsan occupent le terrain en dansant à quelques pas des halles de la Madeleine. - Radio France
Les gilets jaunes de Mont-de-Marsan occupent le terrain en dansant à quelques pas des halles de la Madeleine. © Radio France - Elodie Vergelati