Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes à Dijon : pas de sit-in, mais un défilé dans le calme

samedi 16 mars 2019 à 22:44 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Tandis que des violences éclataient à Paris, le 18e samedi de manifestation des gilets jaunes a été beaucoup plus calme à Dijon, où selon la préfecture, 500 personnes ont défilé ce 16 mars. Quatre personnes ont été interpellées en fin d’après-midi.

Le cortège rue Chabot-Charny, en direction de la place Wilson
Le cortège rue Chabot-Charny, en direction de la place Wilson © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Alors que le grand débat organisé par le gouvernement s'est achevé, les gilets jaunes ont voulu montrer qu'ils n'en resteraient pas là. Pour l'acte XVIII de leur contestation, ils ont voulu marquer un grand coup à Paris. Du coup, en province, les rangs étaient clairsemés. A Dijon, il était difficile d’évaluer leur nombre qui a fluctué au fil des heures. Selon la préfecture, ils étaient 500. Mais d’après nos propres estimations, ils auraient pu être 200 à 300 de plus au plus fort de leur défilé en ville.

Place Darcy, les arbres en pots décorés avec des slogans - Radio France
Place Darcy, les arbres en pots décorés avec des slogans © Radio France - Jacky Page

Les manifestants n'ont pas voulu d'un sit-in

Ce samedi, il avait été prévu pour commencer un sit-in place de la République, avec des débats par groupes et par thématiques, mais une forte majorité de gilets jaunes a préféré quitter la place pour former un cortège dans les rues de la ville.

Sit-in avorté place de la Libération - Radio France
Sit-in avorté place de la Libération © Radio France - Jacky Page

Parvenus place de la Libération, les organisateurs ont demandé une nouvelle fois aux participants de s’asseoir pour débattre. Nouvel échec, la manif de type assemblée générale n’était pas trop la tasse de thé des gilets jaunes, une manifestante estimant même qu’il fallait mener des actions plus fortes, comme bloquer les raffineries.

Un vote à main levée a finalement définitivement mis fin à toute velléité de débats et sit-in, et le cortège a repris sa déambulation, en passant par des étapes habituelles, comme la place Wilson, la gare avec brève occupation des voies, puis retour place de la République.

Rejet du grand débat

La fin du grand débat orchestré par le gouvernement n’a pas apaisé les esprits des gilets jaunes qui répètent à l’envi qu’ils n’en attendent rien. Dominique porte une pancarte sur laquelle il a écrit "stop au déni de réalité, grand débat enfumage". Il est allé sur le site internet du grand débat, et n’a pas aimé : « les questions sont fermées, on nous demande si on veut ceci ou cela. Je pense qu’il faut tout remettre sur la table, et pas repartir forcément de ce qui existe. Il y a beaucoup plus à changer que ce qui est envisagé à l’heure actuelle ».

Les gilets jaunes n'attendent rien du grand débat - Radio France
Les gilets jaunes n'attendent rien du grand débat © Radio France - Jacky Page

Et s'il y avait une avancée sur les pensions de retraites ?

Les propos tenus cette semaine par le Premier ministre concernant les pensions de retraite n’apaisent pas non plus la fronde des gilets jaunes. Edouard Philippe a déclaré qu'on pouvait envisager une réindexation des petites pensions de retraite sur l'inflation. 

Daniel, un manifestant à la retraite, s’interroge : « qu’est-ce qu’il appelle les plus pauvres, c’est là la question ? Je pense qu’il devrait indexer les retraites sur le coût de la vie et au minimum 2500 euros par foyer ». Monique, autre retraitée, n’y croit pas : « quand ce sera fait on verra, mais je n’y crois pas. C’est des menteurs, ces gens-là ». Et quand bien même ce serait fait, Monique n’arrêterait pas pour autant de manifester, tant que les autres catégories de gilets jaunes, et pas que les retraités, n’auront rien.

Face-à-face entre manifestants et forces de l'ordre près de la préfecture - Radio France
Face-à-face entre manifestants et forces de l'ordre près de la préfecture © Radio France - Jacky Page

La manifestation a été dispersée à 17h40 à coups de gaz lacrymogènes après des jets de bouteilles, pavés et ballast sur les forces de l'ordre rue de la préfecture. Quatre personnes ont été interpellées.

Les manifestants sont repoussés - Radio France
Les manifestants sont repoussés © Radio France - Jacky Page