Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Dordogne : à Périgueux, les gilets jaunes préparent la suite du mouvement

dimanche 25 novembre 2018 à 21:36 Par Noémie Philippot, France Bleu Périgord

Une centaine de gilets jaunes se sont rassemblés devant le palais de justice de Périgueux ce dimanche après-midi. À la veille d'une deuxième semaine de mobilisation, ils ont décidé de changer de mode d'action : ils prévoient de bloquer différents bâtiments administratifs.

Une centaine de gilets jaunes se sont rassemblés devant le palais de justice de Périgueux ce dimanche après-midi.
Une centaine de gilets jaunes se sont rassemblés devant le palais de justice de Périgueux ce dimanche après-midi. © Radio France - Noémie Philippot

Périgueux, France

Après une semaine passée sur le barrage filtrant du rond-point de La Feuilleraie à Trélissac, ce groupe de gilets jaunes a décidé de changer de mode d'action pour installer le mouvement dans la durée. Pour leur deuxième semaine de mobilisation, les manifestants vont être plus visibles en ville, à Périgueux : ils ont décidé de bloquer différents sites administratifs tout au long de la semaine. 

D'où ce premier rassemblement symbolique devant le tribunal correctionnel ce dimanche après-midi, à 14 heures. Une centaine de gilets jaunes s'y sont réunis, et pendant plus d'une heure et demie, ceux qui le souhaitaient ont pris la parole à tour de rôle pour proposer leurs idées et expliquer pourquoi ils se mobilisent personnellement. 

Morgane, porte-parole du groupe des gilets jaunes à Trélissac, annonce le plan de mobilisation pour la deuxième semaine.  - Radio France
Morgane, porte-parole du groupe des gilets jaunes à Trélissac, annonce le plan de mobilisation pour la deuxième semaine. © Radio France - Noémie Philippot

Un cahier jaune pour rassembler les idées de tous

Le principe de base : tout le monde peut apporter ces idées pour que la mobilisation dure. Pour cela, il suffit de les écrire dans le cahier jaune qui circule pendant le rassemblement. "C'est vrai que là, on est resté une semaine sur un rond-point, les gens ont fini par se demander pourquoi on était là, explique Morgane, porte-parole des gilets jaunes de Trélissac. Pour la suite, on a besoin d'avoir des idées. Pour cette semaine, on va partir sur des blocages administratifs. Personne ne pourra rentrer, ce sera un bâtiment administratif par jour, qui peut rapporter de l'argent ou a un lien avec l'Etat, avec tout ce qui ne va pas." 

Premier site que les "gilets jaunes" disent vouloir "bloquer" : les bureaux de la sécurité sociale (CPAM), rue Claude Bernard à Périgueux, ce lundi, à partir de 8 heures. Pour eux, le but est de montrer qu'au-delà de la manifestation, il faut trouver des solutions pour transformer un système "qui aujourd'hui ne va plus, dont il faut vraiment qu'on arrive à mettre en place quelque chose de solide"  termine Morgane. 

Ce cahier doit rassembler les revendications des gilets jaunes, ainsi que leurs idées pour faire durer la mobilisation.  - Radio France
Ce cahier doit rassembler les revendications des gilets jaunes, ainsi que leurs idées pour faire durer la mobilisation. © Radio France - Noémie Philippot

Alors devant le tribunal ce dimanche, ce rassemblement a vite pris des airs de laboratoire à idées. Avant de se retrouver pour les blocages annoncés, les gilets jaunes ont terminé cette journée en défilant à pied en direction de la place Francheville, puis sont revenus vers le tribunal pour repartir en voiture vers Trélissac avec une opération escargot. Près de 70 voitures sont passées sur le cours Saint-Georges en roulant au pas en fin d'après-midi.