Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

TÉMOIGNAGES - Ces gilets jaunes qui ont choisi de fêter Noël sur leur campement

lundi 24 décembre 2018 à 12:42 Par Audrey Dumain, France Bleu

L'Acte VI des "gilets jaunes" a rassemblé un moins grand nombre de manifestants samedi 22 décembre, 38.600 personnes contre 66.000 le samedi précédent, mais la mobilisation continue sur certains ronds-points. Des "gilets jaunes" ont même choisi de fêter Noël tous ensemble.

Un "gilet jaune" déguisé en Père Noël, place de l’Opéra le 15 décembre à Paris.
Un "gilet jaune" déguisé en Père Noël, place de l’Opéra le 15 décembre à Paris. © Maxppp - Christophe Morin

France

Sur un rond-point, sous une tente, autour d'un feu ou d'un sapin de fortune : certains "gilets jaunes" ont choisi de ne pas fêter Noël chez eux mais avec leur "seconde famille." L'Acte VI du mouvement a rassemblé moins de 40.000 personnes en France samedi 22 décembre, contre 66.000 lors de l'Acte V, mais des manifestants sont bien déterminés à montrer qu'ils continueront à se battre même pendant les fêtes. 

Dans la Drôme, en Mayenne, dans le Loiret, en Savoie et même à Paris des "gilets jaunes" qui occupent des ronds-points depuis plus d'un mois maintenant ont ainsi choisi de fêter Noël sur place. 

Une "nouvelle famille" pour Noël 

Après plus d'un mois de rassemblement sur les routes, les péages ou les ronds-points, des "gilets jaunes" sont sortis du silence. Ils ont partagé leur quotidien avec des inconnus, leur craintes également, pour finalement nouer de véritables liens. "Nous aurions pu nous croiser dans la rue sans jamais se parler mais ce qu'il se passe ici, c'est pas la magie de Noël, c'est la magie du peuple" analysent des manifestants de Saint-Hélène-sur-Isère en Savoie.

Ces gilets jaunes mobilisés depuis le début du mouvement ont installé un nouveau campement il y a deux semaines au niveau du péage de l'autoroute A43 avant Albertville. Ici, on continue la construction du camp pour les fêtes. Certains "gilets jaunes" ont même décoré le sapin de Noël, à leur image : une guirlande de tickets de péage récoltés depuis le début de l'action grâce à l'opération "péage gratuit." Il y en a pour 800 euros au total. "C'est une famille ici alors comme toutes les familles, on fêtera Noël ensemble", assure l'intendant du camp à France Bleu Pays de Savoie. 

Rester mobilisés pour les fêtes est avant tout un symbole pour ces gilets jaunes. Ici, les manifestants sont prêts à rester jusqu'en 2019 s'il le faut tout comme dans le Loiret : "On a dit au gouvernement qu'on ferait Noël sur les ronds-points depuis le début du mouvement. Il y a une véritable fraternité entre nous", souligne Côme Dunis. Ce "gilet jaune" mobilisé sur un rond-point près de Montargis (Loiret), fêtera lui aussi Noël dehors, sur place, aux côtés de Sylvie et d'autres manifestants. "Avoir froid chez soi parce qu'on n'a pas les moyens de se chauffer ou avoir froid sur le rond-point ça ne change rien", lance Sylvie, mobilisée depuis le départ.

Avoir froid chez soi parce qu'on n'a pas les moyens de se chauffer ou avoir froid sur le rond-point, ça ne change rien" - Sylvie, "gilet jaune" du Loiret 

Pour le repas de Noël, les "gilets jaunes" de Saint-Hélène-sur-Isère comptent sur la générosité des Français et ils ne sont pas inquiets. Depuis le début de la mobilisation des riverains viennent les soutenir en leur apportant notamment de quoi se nourrir. "Là, on aura peut-être du foie gras ou de la dinde !" espère l'intendant du camp.

Un Noël solidaire 

Un Noël en gilet jaune va de pair avec un Noël solidaire pour Cédric, mobilisé sur le péage de Vaiges, en Mayenne. Il a choisi d'inviter une douzaine de personnes démunies et aux ressources limitées. Un réveillon au chaud, et un moment partagé avec huit autres gilets jaunes qui participeront également au repas. 

Le but ? Partager mais aussi faire découvrir le mouvement à ceux qui ne l'ont pas encore rejoint. "Ils pourront découvrir comment on procède, comment ça se passe, pour voir qu'on n'est pas des casseurs. Notre mouvement a montré qu'on était capable d'être solidaires ensemble et c'est dommage qu'il faille un mouvement comme celui-là pour se rendre compte qu'on peut s'entraider", se désole Cédric.

Dans la Drôme, au rond-point de Pizançon les "gilets jaunes" ont décidé de fêter deux fois Noël. Le premier ce dimanche 23 décembre au campement, le second à la maison. 

Pour l'occasion, la ville leur a prêté deux sapins. Les commerçants aussi se sont prêtés au jeu. Rachid, crêpier à Romans, est venu avec sa roulotte : "C'est important pour moi de venir leur faire des vraies crêpes, c'est une façon de les soutenir. En tant que commerçant, je me sens concerné par leurs revendications." Les enfants ont même pu faire des tours de poney grâce à Julie une manifestante venue avec son cheval et son poney avant de fêter Noël chez elle. 

Mais d'autres, comme Monika, ne bougeront pas de ce rond point par conviction : "Il faut se battre pour notre avenir."

Rassemblement prévu sur les Champs Elysées 

A Paris également, les "gilets jaunes" s'organisent pour fêter Noël Noël entre manifestants. Sur les réseaux sociaux les "gilets jaunes" préparent ainsi l'Acte VII dans la capitale. Il commencerait dès ce lundi, à 13 heures, pour un réveillon sur l'avenue des Champs-Elysées.

Deux heures avant le début du rassemblement, 1400 participants ont indiqué qu'ils seraient présents. Ils réclament "la hausse du pouvoir d'achat, le référendum d'initiative citoyenne ou encore le retour de l'ISF".