Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : chômage partiel, commerces qui tournent au ralenti et patrons inquiets dans toute la France

jeudi 29 novembre 2018 à 18:12 Par Julie Szmul, France Bleu

Des salariés au chômage partiel, des transporteurs routiers bloqués, ou encore un boulanger qui perd 300 clients en une semaine : francebleu.fr vous propose un tour de France des conséquences économiques du mouvement des gilets jaunes, au treizième jour de la mobilisation.

Certains supermarchés sont obligés de mettre leurs employés au chômage partiel, faute de livraisons.
Certains supermarchés sont obligés de mettre leurs employés au chômage partiel, faute de livraisons. © Maxppp - PHOTOPQR/LA MONTAGNE/MAXPPP

Le mouvement des "gilets jaunes", débuté le 17 novembre dernier, a déjà des conséquences sur l'économie française. Partout en France, les équipes de France Bleu rencontrent des patrons, des industriels, des transporteurs ou des commerçants qui constatent que leur chiffre d'affaire est en baisse. À l'approche des fêtes de Noël, l'inquiétude grandit : francebleu.fr vous propose un tour d'horizon des principales conséquences économiques de la mobilisation des gilets jaunes.

Des employés au chômage partiel dans toute la France

Selon les informations de France Bleu Périgord, le magasin Leclerc de la Cavaille, une zone commerciale située à Bergerac a perdu 60 % de clients depuis le début des blocages. Principal employeur de la zone, le supermarché a également mis près de la moitié de ses employés au chômage partiel, soit une centaine de salariés. 

Même scénario en Ardèche, d'après France Bleu Drôme-Ardèche : Carrefour Annonay a fait savoir à la préfecture que son chiffre d'affaire était en baisse de 50%, dix jours après le début du mouvement. Idem pour l'Intermarché de Rosières ou encore l'Hyper U d'Alissas, à côté de Privas. France Bleu Auxerre rapportait également, cinq jours après le début de la mobilisation, plusieurs commerces en difficulté à la périphérie de la ville de Sens. 

En Côte-d'Or, selon les informations de France Bleu Bourgogne, la majorité des commerçants de la galerie de Fontaine-Lès-Dijon disent avoir perdu jusqu'à 50% de leur chiffre d'affaire habituel. Selon Dominique Grimpret, le maire de la ville d'Ahuy, le boulanger "a perdu 300 clients en une semaine". 

Dans le Gard, 900 salariés sont actuellement au chômage partiel dans 18 entreprises du département, d'après France Bleu Gard Lozère.

Des transporteurs routiers bloqués

En Occitanie, comme dans la plupart des régions, les transporteurs routiers subissent de plein fouet les conséquences du mouvement. Les pertes pour les entreprises de transports sont déjà "considérables" selon la responsable de la fédération locale des transporteurs, interrogée par France Bleu Occitanie. Elle pointe notamment le secteur du transport de marchandises, "lourdement impacté" par la mobilisation des gilets jaunes. D'après la FNTR d'Occitanie, le mouvement aurait déjà provoqué "une perte de chiffre d’affaire de près de 10 millions d'euros par jour" pour son seul secteur.

Des milliers de nuits d'hôtels annulées à Paris

Autre conséquence, liée cette fois aux violences du 24 novembre dernier sur les Champs-Élysées : les touristes annulent leurs voyages prévus à Paris. D'après le cabinet spécialisé MKG, les images montrant des scènes d'émeutes dans la capitale, samedi dernier, ont entraîné des annulations de réservations qui ont coûté environ 10 millions d'euros aux hôtels parisiens. MKG estime entre 20.000 et 25.000 le nombre de nuitées annulées pour le mois de décembre, avec des pics durant les weekends, notamment celui de la Saint-Sylvestre.

Risque d'un "cataclysme économique" aux "conséquences désastreuses"

Face à ces constats, les patrons de toute la France s'inquiètent. Les représentants du patronat ont d'ailleurs été reçus, ce jeudi, par Édouard Philippe. Ils demandent aux manifestants d'épargner les commerces, a fortiori à l'approche de Noël. "Il y a une très forte crainte sur l'impact économique que peut représenter le mouvement des gilets jaunes, a souligné Jean-Eudes du Mesnil, le secrétaire général de la Confédération des petites et moyennes entreprises, à sa sortie de l'entretien. 

On se rapproche des fêtes de Noël et pour certains commerçants, c'est un moment absolument crucial

Patrick Liébus, président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment, a souhaité mettre en garde les gilets jaunes, qui appellent à une nouvelle journée de mobilisation, ce samedi 30 novembre : "s'ils continuent à bloquer ce sera extrêmement difficile et il y aura des conséquences sur l'emploi en France".

Selon le ministère de l'Économie, la perte de chiffre d'affaires enregistrée dans la grande distribution a atteint 35% le samedi 17 novembre, et 18% le samedi 24 novembre, jours de mobilisation nationale des gilets jaunes. Pour certains artisans bouchers, coiffeurs ou boulangers, ces baisses peuvent atteindre 60 à 70%, tandis que les pertes pour les marchés de gros sont évaluées entre 30 et 40%, toujours d'après Bercy.