Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDÉO - Gilets jaunes dans les Pyrénées-Orientales : une grande réunion pour pallier le "manque d'organisation"

jeudi 29 novembre 2018 à 22:27 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Roussillon

Plusieurs centaines de gilets jaunes ont afflué ce jeudi dans la trop petite salle du foyer rural de Saint-Laurent-de-la-Salanque (Pyrénées-Orientales) afin d'élire leur représentant départemental et de mieux organiser le mouvement.

Réunion de gilets jaunes à Saint-Laurent-de-la-Salanque dans les Pyrénées-Orientales.
Réunion de gilets jaunes à Saint-Laurent-de-la-Salanque dans les Pyrénées-Orientales. © Radio France - Alexandre Berthaud

Saint-Laurent-de-la-Salanque, France

Que ce soit dans les blocages sur les ronds-points ou bien dans la salle communale de Saint-Laurent-de-la-Salanque, au nord de Perpignan, les gilets jaunes s'accordent pour dire qu'il faut davantage d'organisation dans le mouvement, de coordination. C'est pour élire un représentant départemental qu'ils se sont rassemblés, mais donc surtout pour s'organiser, condition sine qua non selon eux pour "aller jusqu'au bout" et faire plier le gouvernement.

Salle trop petite, divergences de stratégie

Symbole du manque d'organisation de ce jeune mouvement, la salle choisie est bien trop petite pour accueillir tout le monde. Symptôme du manque de hiérarchie claire, les discussions entre quelques responsables avant de débuter la réunion : "On élit un seul représentant, c'est risqué", fait remarquer l'un, "oui, mais il faut structurer" rétorque l'autre.

Dans la salle, on patiente, et chacun a son avis sur la question. Néanmoins un consensus émerge : le besoin de mettre de l'ordre, d'un ou d'une chef, d'un porte-voix pour ce mouvement. Huit porte-paroles ont bien été désignés via Facebook en début de semaine, ils ont ensuite été déboutés, critiqués par la base pour leur manque de représentativité.

Vote repoussé 

Le Catalan Thomas Miralles aurait été "destitué" par vote lors de cette assemblée qui n'a élu personne devant plusieurs dissidences. La désignation du représentant départemental a été repoussée. Compliqué de créer un mouvement à partir de rien. Rome ne s'est pas construite en un jour, diront certains.