Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : des politiques réclament le gel de l'augmentation de la taxe sur les carburants comme à La Réunion

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Comme à La Réunion, le Sénat et des politiques veulent demander le gel voire l'annulation de l'augmentation de la taxe sur les carburants alors que les gilets jaunes poursuivent leurs actions un peu partout en France avant le rassemblement prévu samedi à Paris.

Le gel ou l’annulation de la taxe sur le carburant est une des revendications des gilets jaunes
Le gel ou l’annulation de la taxe sur le carburant est une des revendications des gilets jaunes © Maxppp -

La situation à La Réunion peut-elle faire tache d'huile ? Le président du conseil régional Didier Robert a annoncé mercredi avoir obtenu de l'État le gel de la Taxe spéciale sur la consommation de carburant en vigueur sur l'île française (TSCC) face à la gronde des gilets jaunes.

"Cette décision de la région répond à une urgence"

Comme la TICPE en métropole, cette taxe devait augmenter sur les trois ans qui viennent, mais il n'en sera rien. "Cette décision de la région répond à une urgence", a expliqué l'élu dans un entretien accordé mardi soir au Journal de l'Île, une publication locale. "En les gelant, nous répondons à l'attente des manifestants et anticipons également sur les trois prochaines années", a-t-il poursuivi.

Didier Robert affirme avoir accédé à "une revendication des gilets jaunes" après "une vraie négociation" avec l'État, entamée depuis samedi dernier où l'île connaît des nuits de violences, malgré le couvre-feu décrété. Selon les chiffres de la préfecture de La Réunion, il y a eu 108 interpellations au total. Mardi soir, 30 membres des forces de l'ordre ont été blessés, dont un grièvement.

Le Sénat est aussi contre l'augmentation de cette taxe

Le Sénat "va proposer d'annuler l'augmentation de la taxe", a annoncé son président Gérard Larcher ce mercredi sur RTL. Il explique que cela représenterait une économie de 2,9 milliards d'euros. Et de préciser "qu'aucun euro n'allait à la transition énergétique".

Même son de cloche du côté d'Hervé Morin. Le président de la région Normandie et de l'association des Régions de France demande au gouvernement de faire un geste face à la gronde des gilets jaunes. Il souhaite une suspension de l'augmentation des taxes en 2019."On ne peut pas rester comme ça, parce que là, on va vers une jacquerie complète et totale qui va immobiliser le pays", a-t-il averti.

"Je crois qu'il faudrait faire cela", a réagi Dominique Bussereau, président de l'Assemblée des départements de France, ce mercredi sur franceinfo. "Tant que le prix du brut continue d'augmenter, on attend pour augmenter la taxe sur les carburants. Et quand le brut reprendra des cours normaux, on reprend... Mais en même temps, il faut aller chercher autre chose que les automobilistes" pour financer la transition énergétique. "Je reste attaché à l'écotaxe", a conclu l'ancien secrétaire d'Etat en charge des Transports.

Depuis plusieurs semaines, des partis politiques comme les socialistes réclament un "moratoire" sur les hausses de taxes.

Des député LREM pour un moratoire

Le député LREM de la Manche Bertrand Sorre a demandé vendredi un moratoire sur les taxes. Cet élu de la majorité espère que le gouvernement et le président apporteront rapidement des réponses concrètes.

C'est le cas aussi de la présidente LREM de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale Brigitte Bourguignon a appelé vendredi à voter "un moratoire d'un trimestre sur les hausses de taxes sur les carburants"

"Ne pas faillir sur la transition écologique est de l'intérêt de tous. Tout en gardant son cap, le gouvernement doit infléchir le calendrier de la mise en oeuvre de la taxe carbone. C'est pourquoi je propose que nous votions un moratoire d'un trimestre sur les hausses de taxes sur les carburants afin que le dialogue se noue dans un climat apaisé", déclare-t-elle dans un entretien au Monde.

Le gouvernement assure qu'il ne fera pas marche arrière

Depuis début novembre, Bruno Le Maire a martelé comme le Premier ministre Edouard Philippe que cette taxe serait maintenue et qu'il n'y aurait pas de retour en arrière en matière de transition écologique.

Et le ministre de l'Economie et des Finances d'ajouter que cette hausse, prévue à compter du 1er janvier 2019, "ne serait pas suspendue" et qu'il n'y aurait "pas de moratoire".

  - Visactu
© Visactu -