Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : des cahiers de doléances dans les mairies pour permettre aux citoyens de s'exprimer

-
Par , , France Bleu Paris

Emmanuel Macron s'appuie sur les maires pour sortir de la crise des Gilets jaunes. Il va faire un tour de France pour les rencontrer. Beaucoup de maires ont déjà ouvert des cahiers de doléances et ils comptent bien faire remonter au plus haut de l’Etat les idées et les critiques des citoyens.

Des cahiers de doléances dans les mairies.
Des cahiers de doléances dans les mairies. © Maxppp - Olivier Corsan

Les maires ouvrent des cahiers de doléances un peu partout en France pour entendre les demandes des citoyens et recueillir leurs remarques, leurs critiques et leurs propositions. Saint-Mandé (Val-de-Marne) est l’une des premières communes à avoir pris cette initiative pour recueillir anonymement des propositions et pour les transmettre aux plus hautes sphères de l'Etat. 

Le cahier a été placé dans le hall de l'hôtel de ville. Il est posé sur un bureau rouge à côté d'un drapeau tricolore. En 10 jours, à Saint-Mandé, une dizaine de pages ont été remplies. 

A Saint-Mandé, l'initiative est plutôt applaudie

Ces cahiers "sont un début puisque les Gilets jaunes demandent à être associés aux décisions", affirme un homme. "Je trouve que c'est absolument normal qu'on fasse remonter auprès du gouvernement ce que pense le commun des mortels", réagit une femme. "Qui est le mieux placé pour connaitre les problèmes des habitants, il me semble que c'est le maire", indique une autre femme.  

On peut aussi remplir ces cahiers de doléances sur le site de l'association des maires d'Ile-de-France.    

Remarques, critiques, propositions : les citoyens s’expriment  

Voici ce qu’on peut lire dans le cahier de doléances de Saint-Mandé. 

Que le Président "s'occupe des petites gens, au niveau des Gilets jaunes qu'il arrête de rester dans son domaine et de ne pas aller auprès d'eux pour savoir exactement ce qu'ils veulent parce que cinq semaines moi je trouve que ça suffit", écrit l'un. 

"L'essentiel pour moi aujourd'hui, c'est la gestion de la délinquance", dit une autre. 

"Ce qui me gêne c'est la jeunesse d'un certain nombre de parlementaires, qui arrivent, qui sont tout frais émoulus de leurs études, ils n'ont pas été sur le terrain", écrit un autre. 

"Quand il a été élu, il a donné un coup à droite c'est l'ISF qu'il a supprimé, très bien, je suis d'accord, il aurait dû aussi donner un coup de pied pour la gauche, augmenter le SMIC", indique un troisième. 

"Les maires ont une importance, ils sont là pour transmettre et je crois que le président s'est coupé d'une bonne partie de ceux qui pouvaient l'aider. _Ce cahier de doléance, il est peut-être là pour rappeler au Président que les maires sont là pour faire remonter le terrain. Moi, c'est ce que je voudrais, alors vive les maire_s", indique un quatrième.

Le maire, un élu "à portée d’engueulade"  

De son côté, le maire de Saint Mandé, Patrick Beaudouin, explique que le maire est "un élu de proximité qui est à portée d'engueulade". Il affirme qu'il a trouvé très cohérent qu'en période de crise les citoyens puissent donner son avis. 

"_Apaiser le débat c'est faire en sorte que chacun puisse s'exprime_r" dit Patrick Beaudouin. Il assure qu'il incitera le Gouvernement à véritablement lire ces cahiers de doléances et il ajoute "si le Président de la République avait écouté la colère des maires depuis deux ou trois ans, il aurait compris ce qui allait arriver avec les Gilets jaunes".  

Emmanuel Macron a aussi promis une grande concertation nationale. Les détails de l’organisation de cette concertation seront dévoilés ce mercredi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess