Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des échauffourées mais pas de casse à La Roche-sur-Yon pour la manifestation des gilets jaunes

-
Par , France Bleu Loire Océan

500 à 700 manifestants ont marché tout l'après-midi samedi dans le centre puis la périphérie de La Roche-sur-Yon. Les gendarmes les ont repoussés durement à l'entrée de la zone commerciale des Flâneries. La circulation a été bloquée deux heures sur le plus gros rond-point de Vendée.

Les manifestants repoussés par les gendarmes dans la zone commerciale des Flâneries, le 4 mai.
Les manifestants repoussés par les gendarmes dans la zone commerciale des Flâneries, le 4 mai. © Radio France - Marc Bertrand

La Roche-sur-Yon, France

Entre 500 et 700 gilets jaunes ont répondu à l'appel régional à manifester à la Roche-sur-Yon, ce samedi 4 mai, pour la 25e semaine consécutive de mobilisation. Des échauffourées ont éclaté avec les forces de l'ordre, présente en nombre dans la ville, avec huit personnes en garde à vue et des tirs de nombreux tirs de gaz lacrymogènes. Les éclats de grenades ont fait au moins cinq blessés parmi les manifestants, dont certains ont été évacués par les pompiers. 

Les dégradations ont été beaucoup moins importantes que lors de la manifestation du 9 février dernier"                        
- La préfecture de Vendée

Très peu de casse est à constater en centre-ville, contrairement à la précédente manifestation interrégionale du 9 février. "Grâce à la réaction rapide des forces de l'ordre, la situation a été maîtrisée", a twitté Luc Bouard, le maire de La Roche-sur-Yon dans la soirée

Le principal rond-point de Vendée bloqué plus d'une heure

Les manifestants se sont d'abord donné rendez-vous devant la gare routière avant de faire le tour de la ville. En fin d'après-midi, ils ont quitté le centre-ville pour se diriger vers le rond-point des flâneries, pour s'introduire dans la zone commerciale. Les gendarmes les ont violemment repoussés. "On se croirait à Paris", lance un manifestant après une dizaine de détonations de grenades lacrymogènes très rapprochées.

Les manifestants se sont repliés sur le rond-point Bernard Palissy, le plus gros noeud routier du département avec 28.000 véhicules par jour. Ils ont renversé les barrières et plots du rond-point, actuellement en travaux, pour bloquer la circulation. Un feu a été allumé sur la sortie qui mène au centre-ville de La Roche-sur-Yon. Les gendarmes ont chargé pour dégager l'espace pour les pompiers afin d'éteindre l'incendie. 

Choix de la station

France Bleu