Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : ils rejoignent Paris à pied pour parler du référendum d'initiative citoyenne

samedi 12 janvier 2019 à 6:28 Par Diane Sprimont, France Bleu Drôme Ardèche

Dix manifestants ont fait étape à Bourg-de-Péage vendredi avant de rejoindre Paris à pied. Ils prévoient d'arriver le 20 janvier en même temps que deux autres groupes de marcheurs partis de Brest et Bordeaux pour échanger sur leur route au sujet du référendum d'initiative citoyenne.

Six marcheurs sont arrivés à Bourg-de-Péage, ils seront dix à rejoindre Lyon samedi soir.
Six marcheurs sont arrivés à Bourg-de-Péage, ils seront dix à rejoindre Lyon samedi soir. © Radio France - Diane Sprimont

Bourg-de-Péage, France

Dix gilets jaunes ont fait une halte à Bourg-de-Péage avant de rejoindre à pied ce samedi soir la ville de Lyon. Ils comptent arriver à Paris le 20 janvier en même temps que deux autres groupes partis de Brest et Bordeaux. 

Sur leur chemin, ces marcheurs expliquent en quoi consistent le référendum d'initiative citoyenne, "le but de notre marche c'est de représenter le r.i.c, raconte Sébastien, mobilisé pour le mouvement des gilets jaunes près de Montpellier. On essaie de faire des conférences avec les gens qu'on rencontre". 

"J'ai pris un mois de vacances et laissé ma femme enceinte de huit mois et demi"

Cynthia, une autre manifestante mobilisée près de Montpellier, suit le groupe avec sa camionnette, "j'ai tout ce qu'il faut pour leur faire à manger dedans et je porte leurs sacs."

Ce sont trois expatriés français qui ont initié cette marche. Ils sont partis de Barcelone, Paul en fait partie. Pour lui, c'était impossible de rester passif à regarder le mouvement des gilets jaunes depuis un autre pays, "j'ai pris un mois de vacances, j'ai laissé ma femme enceinte de huit mois et deux semaines, tous les gens qui luttent en ce moment ont mis leur vie entre parenthèses."