Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : ils sont 350 dans les rues de Châteauroux pour leur premier samedi de mobilisation en 2019

samedi 5 janvier 2019 à 17:11 Par Aurore Richard, France Bleu Berry

Pour cette acte VIII de leur mobilisation, ils sont plusieurs milliers de gilets jaunes à manifester en France, ce samedi 5 janvier. Des tensions à Paris ou à Nantes mais rien de tel à Châteauroux. 350 personnes se sont rassemblées dans le centre-ville et dans le calme.

Le référendum d'initiative citoyenne reste une des mesures phares demandées par les gilets jaunes.
Le référendum d'initiative citoyenne reste une des mesures phares demandées par les gilets jaunes. © Radio France - Aurore Richard

Châteauroux, France

Les gilets jaunes se sont une nouvelle fois mobilisés ce samedi 5 janvier. Des rassemblements ont eu lieu à Paris, où un cortège est parti du parvis de l'Hôtel de Ville en direction de l'Assemblée nationale. Quelques heurts ont été signalés, tout comme dans certaines villes en régions, au Mans par exemple. Dans l'Indre, les gilets jaunes se sont réunis pacifiquement à Châteauroux. 

350 personnes partent de Belle-Isle en début d'après-midi. Le cortège rejoint la place Lafayette où les manifestants réalisent une chaîne humaine tout autour. "C'est un geste de solidarité", décrit Michèle. 

Les gilets jaunes rejoignent ensuite le centre-ville par la rue Victor Hugo, avec le même slogan que lors des précédentes manifestations : "Macron Démission". Un message que l'on retrouve sur plusieurs pancartes, et sur un autre, on peut lire : "Je ne suis ni haineuse, ni violente et j'aime la France". 

Les voeux d'Emmanuel Macron ne passent pas

Cela fait écho à certains propos d'Emmanuel Macron lors de ses voeux 2019 qui parlait de "porte-voix d'une foule haineuse". "On est loin d'être haineux. Ce ne sont pas des termes que l'on emploie vis-à-vis de son peuple", insiste Brigitte. 

Le cortège rejoint ensuite la préfecture. Une nouvelle chaîne humaine se met en place et une minute de silence est observée en hommage en dix gilets jaunes décédés depuis le début du mouvement. 

Après la minute de silence, les manifestants ont entonné la "Marseillaise" devant la préfecture ce samedi 5 janvier.  - Radio France
Après la minute de silence, les manifestants ont entonné la "Marseillaise" devant la préfecture ce samedi 5 janvier. © Radio France - Aurore Richard

Les manifestants veulent poursuivre leur mobilisation en 2019. Certaines personnes les ont même rejoints pour la première fois ce samedi, comme Chantal, une retraitée de 65 ans. "Je n'osais pas les rejoindre, j'avais peur des violences que je voyais à Paris. Je n'ai même pas dit à mes enfants que je venais à cette marche car j'avais peur qu'ils m'en dissuadent. Mais maintenant, je suis obligée de venir, on nous prend trop de charges et je n'ai que 812 euros pour vivre !", justifie-t-elle.