Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : "Je lançais des œufs" raconte Antoine, amputé de la main après la manifestation à Bordeaux

lundi 10 décembre 2018 à 11:48 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde, France Bleu et France Bleu Pays Basque

Il a perdu sa main après l'explosion d'une grenade samedi cours Victor Hugo à Bordeaux. Antoine, Bayonnais de 26 ans, dénonce la violence de la riposte des CRS face aux manifestants.

Antoine a été amputé après avoir eu la main arrachée lors de la manifestation samedi à Bordeaux.
Antoine a été amputé après avoir eu la main arrachée lors de la manifestation samedi à Bordeaux. © Radio France - © France Inter / Thibault Lefèvre

Bordeaux, France

"J'ai vu un bâton rouler à mes pieds, raconte Antoine. Jusque là, les seules choses qui avaient roulé à mes pieds, c'était de la lacrymo. Quand je l'ai ramassé pour le lancer, le truc explose. Ma main explose et il n'y a plus que des morceaux de chair sur un os déformé. C'est horrible". Le jeune manifestant va y laisser sa main. Dans son lit d'hôpital, il témoigne au micro de Thibault Lefèvre de France Inter. Militant de gauche, Antoine, 26 ans, pourrait avoir été blessé par une grenade explosive de type GLI-F4, une arme que seul la France utilise en Europe dans ses opérations de maintien de l’ordre. 

Il envisage de porter plainte

Aujourd'hui, le jeune homme ne comprend pas une riposte des CRS qu'il juge disproportionnée. "Je lançais des œufs, affirme-t-il. Ils ne peuvent pas nous envoyer ça dans la gueule. On n'est pas armés. En face, ils ont tout. Des gilets blindés, des casques, des matraques, des boucliers". Antoine envisage de porter plainte, comme d'autres personnes blessées dans les manifestations des Gilets jaunes.