Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : 31.000 manifestants en France pour l'acte 22

samedi 13 avril 2019 à 13:10 - Mis à jour le dimanche 14 avril 2019 à 9:23 Par Anne Jocteur Monrozier et Thomas Séchier, France Bleu

Léger regain de mobilisation des gilets jaunes, à la veille des annonces d'Emmanuel Macron. Un 22e samedi globalement calme, malgré des échauffourées à Toulouse.

Des gilets jaunes très déterminés à Toulouse, "capitale nationale" de l'acte 22
Des gilets jaunes très déterminés à Toulouse, "capitale nationale" de l'acte 22 © Maxppp -

Toulouse, France

Selon le ministère de l'Intérieur, quelque 31.000 gilets jaunes se sont mobilisées en France ce samedi, pour l'acte 22 du mouvement, dont 5.000 à Paris et 4.500 à Toulouse, à quelques jours des annonces d'Emmanuel Macron censées mettre un terme à une crise de près de cinq mois. La préfecture de police indique également que 27 personnes ont été interpellées à Paris et que 9.473 contrôles préventifs ont eu lieu.

À Toulouse, déclarée "capitale nationale" du mouvement ce samedi, 5.000 gilets jaunes se sont rassemblés d'après la préfecture, dont deux figures du mouvement : Maxime Nicolle et Priscilla Ludosky. Si la matinée a démarré dans une ambiance plutôt festive, des échauffourées ont éclaté avec les CRS en début d'après-midi, moins d'une heure après le départ du cortège. Un manifestant a été blessé et un engin de chantier incendié. Les forces de l'ordre ont dispersé plusieurs milliers de personnes, éparpillées autour du centre-ville, à l'aide de grenades lacrymogènes.  

Manifestations contre la loi anti-casseurs

À Paris, tout rassemblement était interdit sur les Champs-Élysées et les rues perpendiculaires, mais un cortège pacifique d'un gros millier de personnes pour "la défense du droit de manifester" et "l'abrogation de la loi liberticide" anti-casseurs a rejoint en début d'après-midi la place de la République pour une marche pour "la liberté de manifester", organisée par plusieurs associations comme la LDH, Amnesty, Attac, l'Unef et SOS Racisme. 

Des défilés contre la loi anti-casseurs étaient également organisés dans la journée à Périgueux, Tours ou Châteauroux, rassemblant plusieurs centaines de personnes. 

Centre-villes interdits et parcours modifiés 

Les gilets jaunes nordistes ont coordonné leur mobilisation pour se retrouver à Lille. Le cortège est parti de la place de la République à 14h, sur un parcours modifié, car la préfecture a interdit les manifestations dans l'hyper-centre, vers le quartier des gares et de la Grand-Place. Une première à Lille. 

D'autres interdictions préfectorales touchaient également les centres-villes de Lyon, Caen ou Montauban. À Nancy, les manifestants ont réussi à atteindre le coeur de la ville, jouant à cache-cache avec les forces de l'ordre. 

Des cortèges clairsemés, mais des manifestants toujours aussi motivés 

Des rassemblements autorisés ont eu lieu à Nantes, Besançon, Bordeaux, Marseille, Grenoble, Limoges, Rouen, Le Mans, Pau ou Le Havre, rassemblant, selon les communes, entre 100 et 600 personnes.

Dans les Pays-de-la-Loire, les gilets jaunes mayennais ne s'étaient plus mobilisé depuis plusieurs week-ends, mais un rassemblement régional a rassemblé ce samedi 250 personnes à Laval

En Auvergne-Rhône-Alpes, la manifestation régionale organisée à Roanne a réuni environ 500 personnes. Un garçon d'une quinzaine d'années a été blessé, touché au visage par des débris de verre après le jet d'une pierre qui a fait exploser un abribus.

Enfin dans le Gard, les gilets jaunes n'avaient pas prévu de manifestation, mais ils ont fait leur grand retour sur la route nationale 106 à Dions. Quelque 80 personnes ont mis en place un barrage filtrant pour les voitures et bloquant pour les camions.