Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDEO. Gilets jaunes : "La colère se transforme en rage" car le gouvernement "jette de l'huile sur le feu"

lundi 3 décembre 2018 à 11:40 Par Jérôme Collin, France Bleu Maine

Mickaël Broutet, gilet jaune mobilisé à Écommoy, était l'invité de France Bleu Maine lundi 3 décembre. Il considère que le gouvernement a déjà trop tardé à répondre à la colère des gilets jaunes. Il condamne les violences survenues en France.

Mickaël Broutet, gilet jaune d'Ecommoy, invité de France Bleu Maine
Mickaël Broutet, gilet jaune d'Ecommoy, invité de France Bleu Maine © Radio France - France Bleu Maine

Le Mans, France

Les gilets jaunes poursuivent leurs actions sur le terrain. En Sarthe, une centaine ont bloqué le dépôt pétrolier au sud du Mans lundi 3 décembre. Le mouvement est déterminé à ne pas céder, malgré la promesse de dialogue faite par Emmanuel Macron et par le gouvernement d'Edouard Philippe. Une délégation de gilets jaunes doit être reçue dans les prochains jours. "Recevoir des représentants, c'est très bien. Mais _il est temps de passer à l'action et de donner des mesures concrètes_", tranche Mickaël Broutet, représentant des gilets jaunes à Écommoy. "Il faut en finir avec le matraquage fiscal".

Il faut annuler la hausse des taxes sur les carburants, imposer le retour de l'ISF et une dissolution de l'Assemblée nationale pour une vraie représentation des Français.

Des actions violentes à cause de l'inaction du gouvernement

Samedi, les scènes de chaos à Paris ont été très commentées. Mickaël Broutet déplore ces violences. "Ce n'est malheureusement pas notre leitmotiv", explique-t-il. Mais il pointe du doigt la responsabilité du gouvernement. "Le gouvernement jette de l'huile sur le feu et le résultat, c'est qu'il y a de la colère qui se transforme en rage", regrette Mickaël Broutet. "On aurait pu l'enrayer si les pouvoirs publics nous avaient écoutés quand on les mettait en garde. Quand on leur disait de faire des actions concrètes. Il faut le faire tout de suite, il ne faut pas attendre trois mois", poursuit le gilet jaune sarthois, en écho à la grande concertation que veut lancer Emmanuel Macron pendant trois mois.

Des représentants départementaux en cours de désignation

Pour continuer à exister, le mouvement des gilets jaunes se structure tant bien que mal. Des porte-parole avaient été nommés au niveau national. Mais des délégués départementaux vont aussi être désignés. En Sarthe, l'heure est justement à la concertation. "On est en train de travailler à une cohésion départementale avec différents représentants de groupe. Tout ça se met en place, on a des réunions qui vont se faire. Donc si des gilets jaunes ont des revendications à faire passer, je les invite à se rapprocher des représentants légitimes afin qu'on puisse faire remonter toutes ces revendications", assure Mickaël Broutet.