Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : le gouvernement propose une prime de 300 euros pour les forces de l'ordre mobilisées

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Pays d'Auvergne

Le gouvernement a proposé, mardi, d'attribuer une prime de 300 euros aux forces de l'ordre mobilisées pendant le mouvement des "gilets jaunes". Plusieurs syndicats de policiers ayant appelé à des actions ont été reçus par le ministère de l'Intérieur mardi soir. Les discussions reprendront mercredi.

Lors de la manifestation du samedi 15 décembre, à Paris.
Lors de la manifestation du samedi 15 décembre, à Paris. © AFP - Geoffroy VAN DER HASSELT

Le gouvernement propose une prime exceptionnelle de 300 euros aux forces de l'ordre mobilisées pour faire face au mouvement des "gilets jaunes", selon un amendement déposé ce mardi dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances 2019.

Une prime face à la fronde des policiers 

Cette annonce intervient alors que le ministère de l'Intérieur est confronté à une fronde des syndicats de policiers qui réclament "un retour sur investissement" après leur mobilisation et ont, pour certains, appelé leurs troupes à un mouvement de protestation mardi et mercredi.

Les syndicats policiers reçus au ministère de l'Intérieur, mais "rien de concret pour l'instant" 

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a justement reçu les syndicats policiers ce mardi soir, pour en discuter. Mais à la sortie de la réunion, les discussions n'ont rien donné, indiquait mardi soir franceinfo. Elles doivent reprendre ce mercredi. "Il n'y a rien de concret pour l'instant, a déclaré Yves Lefebvre, du syndicat SGP Police-Fo, à l'issue de la rencontre. On en saura plus demain soir." "Le Premier ministre et le président n'ont pas encore compris ce qu'on leur demandait", a pour sa part jugé Philippe Capon, de l'Unsa Police.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

111.000 policiers et gendarmes devraient en bénéficier 

Selon l'amendement gouvernemental qui doit être débattu mardi soir en nouvelle lecture à l'Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi de finances 2019, cette prime "exceptionnelle" destinée à "traduire la reconnaissance de la République" bénéficiera à 111.000 policiers et gendarmes mobilisés au cours des six dernières semaines de crise, en métropole ou en outre-mer. Le coût total de la mesure est estimé à 33 millions d'euros, selon l'amendement du gouvernement.

Une prime pour 5.000 employés de préfecture

Par ailleurs, le gouvernement propose dans un autre amendement de verser une "indemnité exceptionnelle" de 200 euros à quelque 5.000 employés de préfecture, au titre de la "conduite et de l'appui aux récentes opérations de sauvegarde et de maintien de l'ordre public" lors des manifestations.

Le ministre de l'Intérieur veut ouvrir le chantier des heures supplémentaires dues aux policiers 

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner veut également s'atteler au "chantier" du paiement des heures supplémentaires dues aux policiers. "L'Etat doit actuellement presque 275 millions d'euros à ses policiers au titre des heures supplémentaires - non pas de ces derniers mois ou de cette dernière année, mais depuis des dizaines d'années. C'est un chantier que je veux ouvrir", a déclaré mardi Christophe Castaner. Le ministre s'est toutefois refusé à préciser tout calendrier : "Je ne peux pas dire d'un claquement de doigts que je vais trouver 275 millions d'euros (...). Ca nous prendra un peu de temps, on ne trouve pas comme ça en quelques semaines un tel montant".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess