Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : le gouvernement va finalement recevoir une délégation

mardi 27 novembre 2018 à 10:14 - Mis à jour le mardi 27 novembre 2018 à 12:25 Par Thibaut Lehut, France Bleu

Pas question pour l'exécutif de recevoir les huit représentants des gilets jaunes, avait annoncé Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, ce mardi matin. Mais une délégation sera finalement reçue dans l'après-midi par François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire.

François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire.
François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire. © Maxppp -

"En l'état actuel des discussions", le gouvernement ne recevra pas les représentants des gilets jaunes, avait déclaré Benjamin Griveaux,  secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement, ce mardi sur franceinfo. Mais Emmanuel Macron a finalement demandé à François de Rugy de recevoir une délégation. Le ministre de la Transition écologique et solidaire recevra ces gilets jaunes dans l'après-midi, a fait savoir l'Élysée.

Cette réunion au ministère se déroulera à la suite du discours du chef de l'Etat, qui a annoncé une "grande concertation de terrain sur la  transition écologique et sociale".

Une représentativité qui fait débat

Une "délégation" de huit "communicants officiels" des gilets jaunes a été créée pour engager une "prise de contact sérieuse et nécessaire" avec les autorités et porter une série de revendications. Mais leur représentativité fait débat au sein même d'un mouvement hétéroclite né hors de tout cadre politique ou syndical. Benjamin Griveaux a noté mardi "déjà des dissensions, non pas entre ces porte-paroles", mais entre manifestants. Certains "expliquent qu'ils ne leur reconnaissent pas la légitimité pour porter la parole du mouvement", a-t-il rappelé. "On voit là la difficulté à s'organiser", a-t-il ajouté.

Ce mardi, sur le terrain, les gilets jaunes restent mobilisés. Des barrages filtrants et des rassemblement étaient notamment signalés en Bretagne, en Normandie, dans les Pays de la Loire ou dans les Hauts-de-France en début de journée.