Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Gilets jaunes : le "Grand débat" s'ouvre ce vendredi dans les deux Charentes

jeudi 17 janvier 2019 à 18:30 Par Thomas Coignac, France Bleu La Rochelle

Voulu par le gouvernement pour répondre aux Gilets jaunes, le Grand débat national a officiellement débuté le 15 janvier dans toute la France, pour se tenir jusqu'au 15 mars. Dans les deux Charentes, les premières réunions sont organisées ce vendredi, à Marans, et à Dirac, près d'Angoulême.

Cahier de doléances (illustration)
Cahier de doléances (illustration) © Radio France - Anne Fauquembergue

Marans, France

Juste après l'acte IX du mouvement des gilets jaunes, voici l'acte I du grand débat. Lancé mardi dans l'Eure, par Emmanuel Macron, qui a débattu pendant sept heures avec les maires du département, l'opération arrive dans les deux Charentes. 

On parlera "démocratie et citoyenneté" à Marans et Dirac

En Charente-Maritime, c'est la ville de Marans qui organise quatre sessions de débat, sur les quatre grands thèmes définis par Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français. Les quatre débats sont ouverts à tous, et seront animés par le maire, Thierry Belhadj, à la salle municipale (place Ernest-Cognacq). Le premier, ce vendredi 18 janvier, à 20h, parlera de "démocratie et citoyenneté". Trois autres suivront, les vendredis suivants (25 janvier, 1er et 8 février) sur les trois autres thèmes. 

En Charente, c'est à Dirac, que la première réunion s'organise. Là, c'est le député LREM de la première circonscription (Angoulême), Thomas Mesnier qui en est à l’initiative. Le rendez-vous est donné à 19h30 à la salle des fêtes de Dirac, dans l'agglomération angoumoisine. Et là aussi, c'est le thème démocratie et citoyenneté qui a été retenu. Les autres réunions ne sont pas programmées, mais Thomas Mesnier affirme : "J'animerai et participerai à d'autres [réunions] jusqu'au 15 mars autant que mon agenda me le permettra". 

Un kit de 33 questions à poser à la salle 

A Marans, comme à Dirac, les réunions s'articuleront autour d'un kit de débat, fourni par le gouvernement, et qui contient 33 questions. Charge à l’animateur de les poser à la salle (une trentaine de personnes attendue à Marans, environ 150 à Dirac). Parmi celles-ci, des questions fermées ("Faut-il rendre le vote obligatoire ?", "Faut-il reconnaître le vote blanc ?"), ou des questions ouvertes ("Que proposez-vous pour renforcer les principes de laïcité dans le rapport entre l'Etat et les religions de notre pays ?"). 

Tant à Marans qu'à Dirac, on justifie ce recours à des questions pré-écrites, par une volonté de cadrage, et de bon déroulement des débats. Tout en assurant que les questions hors du thème, ou improvisées par le public ne seront pas rejetées. Mais, avec ces questions "gouvernementales", et à Dirac, un amimateur, Thomas Mesnier, député LREM, le débat ne risque-t-il pas d'être phagocyté par le gouvernement ? 

Thomas Mesnier : "Il faut aussi ouvrir la voie".

"J'aurais aimé ne pas être le premier à organiser une réunion, se défend Thomas Mesnier. Mais j'ai quand même été élu pour représenter les Français. Au contraire, il faut aussi ouvrir la voie à d'autres participants".  En tout cas, pour l'instant, aucun autre débat n'est prévu dans nos deux départements. Sur le site officiel du Grand Débat, le gouvernement rappelle pourtant que l'organisation est ouverte à tous. "Citoyens, élus et institutions, organisations à but lucratif ou non lucratif, le Gouvernement souhaite que le plus grand nombre participe et organise des débats".