Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

"Gilets jaunes" : les dégradations du Palais des Congrès estimées à 15.000 euros, Le Mans Événements porte plainte

mercredi 30 janvier 2019 à 15:07 Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Maine

Les dégradations commises au Palais des Congrès samedi 26 janvier sont estimées à 15.000 euros, a annoncé Stéphane Le Foll ce mercredi, ajoutant que Le Mans Événements a déposé plainte. Des "gilets jaunes" s'étaient introduits dans le bâtiment lors de la cérémonie des vœux du maire du Mans.

Les vitres du Palais des Congrès n'avaient pas résisté à la pression des manifestants, samedi 26 janvier au Mans.
Les vitres du Palais des Congrès n'avaient pas résisté à la pression des manifestants, samedi 26 janvier au Mans. © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Le Mans, France

Après l'échange musclé entre les "gilets jaunes" et Stéphane Le Foll au Palais des Congrès samedi 26 janvier, lors de ses vœux, le maire du Mans a annoncé ce mercredi que le coût des dégradations commises sur les portes du bâtiment étaient estimées à environ 15.000 euros. Le Mans Evénements, la structure qui gère le Palais des Congrès, a déposé plainte. Des dégradations que Stéphane Le Foll condamne "de la manière la plus ferme" : "On est avec des gens qui de toute façon sont là pour empêcher, avec cette idée qu'on est contre le système, donc il faut abattre le système. Qu'est-ce qui se se passe après ? Ils ne sont pas capables de vous le dire."

"Je ne veux pas me laisser impressionner !"

Stéphane Le Foll a rappelé qu'il restera "ferme par rapport à ces actions (...) et surtout qu'on ne se laisse pas impressionner, car moi, je ne veux pas me laisser impressionner." Le maire du Mans a rappelé que la ville n'a pas été l'une des villes les plus touchées par les débordements depuis le mois de décembre, mais que "cela fait trois week-ends, effectivement, que l'on a des débordements inacceptables."

Je n'empêche pas les "gilets jaunes" de manifester, je n'empêche pas les gens de s'exprimer, mais il y a quand même un moment où chacun doit aussi assumer ses responsabilités

Concernant la salle qu'il voulait mettre à disposition des "gilets jaunes", Stéphane Le Foll a ajouté que la proposition "tient toujours", mais qu'il sera "vigilant sur son utilisation" : "Certains 'gilets jaunes' sont venus s'excuser dimanche, j'ai entendu leurs excuses car elles étaient sincères, car des gens ne veulent pas de ça. Mais je leur ai dit qu'à chaque fois qu'ils continuent à manifester en fin d'après-midi, ils savent qu'il y a des gens qui viennent casser. Il y a peut-être un moment où il faudrait manifester, mais s'arrêter. Cela éviterait à ceux que vous dénoncez, vous confisquant vos manifestations, de pouvoir le faire."

Je suis toujours ouvert, il y a des lieux de débats, ils doivent donner lieu à des débats, faut-il avoir envie de débattre ! Ce que j'ai constaté samedi dernier, c'est qu'il y a des gens qui n'avaient aucunement envie de débattre

Le Palais des Congrès du Mans a été évacué, une partie des "'gilets jaunes" étaient entrés dans la salle où devaient se tenir les vœux - Radio France
Le Palais des Congrès du Mans a été évacué, une partie des "'gilets jaunes" étaient entrés dans la salle où devaient se tenir les vœux © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Le maire "prêt à discuter" avec les commerçants

Stéphane Le Foll s'est aussi exprimé sur la situation des commerçants, qui alertent sur l'impact des débordements du mouvement, et s'est dit "prêt à discuter" avec eux, mais il a tenu à condamner certains propos : "Certains commerçants qui s'expriment en disant que la municipalité aurait fait dégager les ronds-points pour que les manifestations viennent en centre-ville, je condamne ce genre de propos. Je rappelle que si les ronds-points ont été dégagés, c'est à la demande du Président de la République et du ministre de l'Intérieur, avec lettre à l'appui pour le Préfet. Ce n'est pas le maire qui a été demander de faire tel ou tel choix dans le maintien de l'ordre."

Je suis prêt à discuter, parce qu'on a tous envie de garder des commerces et des commerçants en centre-ville

La municipalité va mettre en place un manager de centre-ville, et continue le comité de pilotage sur la revitalisation du centre-ville : "Je suis totalement déterminé à continuer le travail qui a été engagé pour donner aux commerçants toutes les conditions les meilleures pour qu'ils puissent exercer leur métier."

C'est pénalisant, parce que c'est une ambiance générale, et qui pénalise justement l'activité et les commerces du centre-ville

Concernant la gratuité des parkings, réclamée par certains commerçants, le maire n'y croit pas : "Nous avons mis deux fois de suite les vendredi gratuit sur les parkings, mais si vous mettez des places totalement gratuites sur le long terme, vous avez le risque que des gens qui se garent laissent leur voiture des heures entière. La rotation qui est aujourd'hui assurée par le fait que vous payez, elle est finie. Est-ce que ça va résoudre le problème ? Je ne le crois pas."