Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : les principaux syndicats dénoncent "toutes formes de violences"

jeudi 6 décembre 2018 à 14:48 - Mis à jour le jeudi 6 décembre 2018 à 16:45 Par Thibaut Lehut, France Bleu

Sept syndicats ont dénoncé ce jeudi "toutes formes de violences dans l'expression de revendications" des "gilets jaunes". La CFDT, la CGT, FO, la CFE-CGC, la CFTC, l'Unsa et la FSU ont appelé "le gouvernement à garantir enfin de réelles négociations".

Des gilets jaunes mobilisés en Moselle.
Des gilets jaunes mobilisés en Moselle. © Maxppp -

Mercredi, Emmanuel Macron demandait aux partis politiques et aux partenaires sociaux de "lancer un appel clair et explicite au calme". Ce jeudi, sept des principaux syndicats ont dénoncé jeudi "toutes formes de violences dans l'expression de revendications" des "gilets jaunes".

"Le dialogue et l'écoute doivent retrouver leur place dans notre pays", ont écrit la CFDT, la CGT, FO, la CFE-CGC, la CFTC, l'Unsa et la FSU, à  l'issue d'une rencontre entre leurs numéros uns respectifs au siège de la CFDT. "C'est pourquoi nos organisations dénoncent toutes formes de violence dans l'expression des revendications", ajoutent-elles.

"Aujourd'hui, dans un climat très dégradé, la mobilisation des gilets jaunes a permis l'expression d'une colère légitime. Le gouvernement, avec beaucoup de retard, a enfin ouvert les portes du dialogue", assurent les syndicats dans leur déclaration. Les organisations "s'y engageront, chacune avec (leurs) propres revendications et propositions, en commun chaque fois que cela sera possible"

"Garantir enfin de réelles négociations"

Les sujets du pouvoir d'achat, des salaires, du logement, des transports, de la présence et de l'accessibilité des services publics, de la fiscalité "doivent trouver enfin des débouchés concrets, créant les conditions sociales d'une transition écologique efficace parce que juste". Les sept syndicats appellent "le gouvernement à garantir enfin de réelles négociations".

Solidaires, également présente à la réunion, s'est désolidarisée de cette déclaration commune, rare pour les syndicats, traditionnellement plutôt divisés.

Parallèlement, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a invité les représentants des syndicats et du patronat à venir discuter avec l'État, vendredi, dans le cadre de la concertation promise par le Premier ministre pour trouver des solutions à la crise. Il devrait être question de la prime transport qui pourrait être versée par les entreprises pour les salariés devant utiliser leur voiture pour se rendre au travail, ainsi que du
calendrier et de la méthode de discussion envisagé pour la "grande concertation de terrain" que le gouvernement souhaite mettre en place dans les trois prochains mois.

La CGT a d'ores et déjà exclu dans un communiqué de participer à cette réunion et exige l'ouverture de négociations "sur l'urgence sociale".

Depuis le 17 novembre et la première mobilisation, les syndicats ont du mal à se positionner face aux "gilets jaunes", tant la défiance est grande entre ce mouvement protéiforme très présent en région, sur les réseaux sociaux, et les organisations plutôt présentes dans les villes, les grandes entreprises, peu actives sur Twitter et Facebook.