Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : plusieurs milliers de personnes dans les rues de Bordeaux, nouveaux débordements place Pey-Berland

samedi 8 décembre 2018 à 14:29 - Mis à jour le samedi 8 décembre 2018 à 21:50 Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde

Une double manifestation ce samedi dans le centre-ville de Bordeaux avec une forte mobilisation. Des violences graves sont à déplorer place Pey-Berland et cours Victor Hugo entre des manifestants et les forces de l'ordre.

A Bordeaux, la mobilisation des Gilets jaunes est plus forte que samedi dernier.
A Bordeaux, la mobilisation des Gilets jaunes est plus forte que samedi dernier. © Radio France - Camille Huppenoire

Bordeaux, France

L'ambiance bon enfant du début d'après-midi s'est tendue peu avant 16h place Pey Berland, théâtre des violences de samedi dernier. Sous l’œil incrédule des Gilets jaunes, une poignée de manifestants ont fait éclater des pétards et lancé des projectiles sur les forces de l'ordre qui interdisaient l'accès aux grilles de l'hôtel de ville.  Les policiers ont répondu en faisant usage de gaz lacrymogènes.

Des tensions qui ont poussé bon nombre de Gilets jaunes, dégoûtés par la tournure des événements, à quitter les alentours de la cathédrale et à redescendre vers les quais. Les tensions se sont prolongées jusqu'à la nuit tombée avec des groupes relativement réduits jouant au chat et à la souris avec les forces de l'ordre qui ont dû tirer à plusieurs reprises des gaz lacrymogènes ou des flash-balls. 

Plus de 20 blessés, des dégâts matériels importants

Les dommages sont importants indique la préfecture : dégradations de bien publics, de vitrines commerciales, de mobiliers urbains. Ces actions sont le fait de plusieurs centaines de casseurs. Un grand nombre d’entre eux étaient porteurs d’armes par destination (pavés, boules de pétanques, fumigènes, fusées de détresse…). Les services de police ont procédé à 44 interpellations à Bordeaux. 26 blessées ont été prises en charge (dont un grièvement blessé à la main en voulant récupérer une grenade) par les services de secours (SDIS et SAMU) dans deux points de regroupement des victimes mis en place avec la contribution de Bordeaux métropole.

Des gaz lacrymogènes place Pey Barland - Radio France
Des gaz lacrymogènes place Pey Barland © Radio France - Camille Huppenoire
La tension est montée place Pey-Berland entre manifestants et forces de l'ordre. - Radio France
La tension est montée place Pey-Berland entre manifestants et forces de l'ordre. © Radio France - Camille Huppenoire

Avant cela, tout avait été calme. Les deux cortèges avaient commencé à se rassembler à partir de 13h à une centaine de mètres l’un de l’autre. Les Gilets jaunes ont pris possession de la place de la Bourse alors que ceux qui marchent pour le climat étaient réunis de l’autre côté des voies du tram, au miroir d’eau.

Quatrième samedi de mobilisation pour les Gilets jaunes bordelais avec un rendez-vous fixé place de la Bourse. - Radio France
Quatrième samedi de mobilisation pour les Gilets jaunes bordelais avec un rendez-vous fixé place de la Bourse. © Radio France - Camille Huppenoire

Après une prise de parole appelant à une manifestation pacifique et une Marseillaise, de nombreux Gilets jaunes se sont agenouillés, les mains derrière la tête, en soutien aux lycéens interpellés cette semaine à Mantes-la-Jolie. 

1500 d’entre eux se sont élancés en direction de la Porte de Bourgogne où ils ont croisé la manifestation étudiante partie un peu plus tôt de la place de la Victoire. Et les rangs du cortège ont gonflé au fur et à mesure que d'autres manifestants arrivaient.

Partis de la place de la Victoire, les étudiants ont rejoint le cortège des Gilets jaunes. - Radio France
Partis de la place de la Victoire, les étudiants ont rejoint le cortège des Gilets jaunes. © Radio France - Camille Huppenoire

Jean-Luc Mélenchon marche pour le climat

Jean-Luc Mélenchon a rejoint la marche pour le climat vers 14h. Le leader de la France Insoumise participait auparavant à la séance de clôture de la convention de son mouvement au parc des expos de Bordeaux-Lac. Devant la presse, il a refusé d’appeler les manifestants au calme. « Je n’ai pas l’intention de faire le chien de garde » a-t-il expliqué.

A 14h45, un millier de marcheurs pour le climat ont quitté le miroir d'eau et ont longé la Garonne dans le sens opposé à celui des Gilets jaunes. Le cortège a ensuite remonté le cours de la Martinique pour revenir vers la place Gambetta.

Pey Berland et Gambetta très surveillés

Une semaine après la flambée de violence qui avait secoué le centre de Bordeaux, le dispositif policier est impressionnant, notamment sur la place Pey Berland où les cars de CRS ainsi que deux véhicules blindés sont alignés devant l’entrée de l’hôtel de ville. Des cars de CRS également positionnés en haut du cours de l’Intendance. En fin de matinée, le Préfet de Gironde Didier Lallement s’est rendu sur place pour rencontrer les policiers. Depuis le début d'après-midi, un hélicoptère de la gendarmerie survole le centre-ville.

Les Gilets jaunes sont arrivés sur la place Pey Berland. - Radio France
Les Gilets jaunes sont arrivés sur la place Pey Berland. © Radio France - Camille Huppenoire