Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : masque à gaz et vignette 75, ces manchois qui (re)partent manifester à Paris

samedi 1 décembre 2018 à 0:41 Par Marc Bertrand, France Bleu Cotentin

De nombreux gilets jaunes de la Manche partent à Paris ce samedi 1er décembre pour participer à la deuxième grande manifestation parisienne des gilets jaunes. Certains étaient déjà là la semaine dernière. Cette fois, ils ont pris leurs précautions.

Antoine, un jeune manchois, va aller manifester à Paris pour le deuxième samedi de suite.
Antoine, un jeune manchois, va aller manifester à Paris pour le deuxième samedi de suite. © Radio France - Marc Bertrand

Saint-Lô, France

Antoine était déjà sur les Champs-Elysées samedi dernier. Cette fois, il revient équipé : "C'était l'anarchie la semaine dernière, ça volait de tout les bouts. On était pas venus pour se battre mais on en a quand même pris plein la gueule", explique le jeune manchois. 

J'ai le masque à cartouche, avec des lunettes avec des joints bien serrés, pour éviter les lacrymos. On avait déjà le tour de cou samedi dernier, mais là j'ai pris le masque en plus"

"Samedi dernier, on est venus à sept avec des copains. On n'a rien cassé, mais on s'est fait gazer comme tout le monde. Alors, quand il y avait des barricades à reconstruire pour se protéger du canon à eau des CRS, on a donné un coup de main", raconte Antoine. 

Pourquoi retourner à Paris ? "Il n'y a que là-bas qu'on a de l'impact"

Et s'il n'y avait que les lacrymo... mais en plus, son groupe de copain y a perdu une voiture. "On était venus dans la voiture d'un copain, mais on a retrouvé les vitres fracassées sur le parking. Il y avait des grosses bagnoles autour, je suis sûr qu'ils ont été casser la nôtre parce qu'on avait des plaques du 14", explique-t-il. 

Pour ce samedi, j'ai acheté des vignettes 75 pour coller sur le 14 de nos plaques, comme ça, on passera pour des parigots !"

Mais pourquoi le jeune homme tient-il autant à retourner manifester à Paris, malgré les violences de la semaine dernière ?  Le filtrage sur l'avenue, les contrôles d'identités, "on verra bien dit-il".

Mais une manif à Paris, ça a de l'impact ! Cela fait beaucoup plus peur à Macron qu'un blocage de rond-point. C'était violent, mais au moins on les emmerde là-haut, quand c'est sur les Champs-Elysées. On ne veut pas qu'ils nous rigolent au nez"