Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : mobilisation en baisse et passage à Mistral, retour sur l'acte XVII

dimanche 10 mars 2019 à 11:11 Par Nathan Lautier, France Bleu Isère

Ils étaient autour de 200 au plus fort de la manifestation samedi à Grenoble (Isère). Il ont décidé de faire un crochet par Mistral sur l'invitation des jeunes du quartier. Si la manifestation n'a pas battu des records de fréquentation, elle a peut-être battu celle de la durée : plus de 7 heures.

Les gilets jaunes se sont fait encadrer et fouiller pendant plus de deux heures sous le pont de Bachelard à Grenoble (Isère)
Les gilets jaunes se sont fait encadrer et fouiller pendant plus de deux heures sous le pont de Bachelard à Grenoble (Isère) © Radio France - Nathan Lautier

Grenoble, France

La journée commence difficilement pour les gilets jaunes. Une trentaine à 10 heures, puis rapidement une petite centaine, ils se retrouvent face à 12 cars de CRS et 7 cars de la gendarmerie mobile

Les CRS, dès leurs arrivées, nassent les manifestants, et entament une fouille de chaque personne venant sur le point de rassemblement. L'opération prend plus de deux heures. 

L'homme, s'est mis en slip pour protester contre la fouille des manifestants. - Radio France
L'homme, s'est mis en slip pour protester contre la fouille des manifestants. © Radio France - Nathan Lautier

Aux alentours de midi, la plupart des fouilles sont terminées. Les gilets jaunes veulent enfin commencer leur défilé, et tentent de prendre la direction de Caterpillar, comme prévu initialement (le tracé devait être Bachelard - Caterpillar - General Electrics - le Medef - parc Paul Mistral). Les forces de l'ordre les en empêchent, et la tension monte d'un cran immédiatement. Certains manifestants tentent de prendre les CRS de vitesse. Ces derniers ripostent en lançant du gaz lacrymogène et en interpellant quatre gilets jaunes. 

La manifestation débute finalement aux alentours de 12h30, en remontant le cours de la Libération. Vers 13h30, une partie du cortège se rend dans le quartier Mistral, sur invitation de certains jeunes du quartier. L'autre partie du défilé reste sur le cours.

Les gilets jaunes ne restent cependant pas longtemps. Au bout d'une demi-heure, les manifestants retrouvent l'autre partie du cortège et repartent, direction porte de France. Le passage express des manifestants dans le quartier laisse un avis mitigé chez les habitants de Mistral. Certains, comme Ilyes, sont contents : "On est de tout cœur avec les gilets jaunes ici [Mistral]. On apprécie qu'ils soient venus, qu'ils aient fait l'effort de venir nous rencontrer.  On va tous dans le même sens, on mène les mêmes combats". D'autres reprochent aux gilets jaunes d'avoir jeté de l'huile sur le feu avec leur passage express, sans avoir à en assumer les conséquences...

Plus tard, imbroglio au sein des gilets jaunes. Certains veulent retourner à Mistral, où des échauffourées ont commencé juste après leur départ, d'autres veulent reprendre le tracé de base. Des longues minutes de débats s'en suivent.

Les gilets jaunes au croisement Hoch - Jean Jaurès - Radio France
Les gilets jaunes au croisement Hoch - Jean Jaurès © Radio France - Nathan Lautier

Une centaine de gilets jaunes tente finalement de revenir sur leurs pas en fin d'après-midi, mais les CRS les bloquent au niveau des Eaux-Claires. Seulement une petite dizaine de gilets jaunes atteint Mistral, qui c'était déjà calmé, et cinq autres gilets jaunes sont interpellés.

Le bilan en chiffres

  • 200 manifestants au plus fort de la journée (28 600 en France selon le ministère de l'Intérieur, la plus faible mobilisation depuis le début du mouvement)
  • Près de 8 heures de manifestation
  • 9 arrestations de gilets jaunes