Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Bilan : Au moins 35 blessés dont un grave pendant la manifestation des gilets jaunes à Tours

samedi 1 décembre 2018 à 11:08 - Mis à jour le samedi 1 décembre 2018 à 19:02 Par Pierre-Antoine Lefort, France Bleu Touraine et France Bleu

A 18H, la préfecture d'Indre-et-Loire annonce au moins 35 blessés place Jean Jaurès : une vingtaine (dont un grave) coté manifestants, et 15 coté policiers. Il y avait une centaine de casseurs au milieu d'un millier de gilets jaunes, selon la directrice de cabinet de la Préfète.

18H, à la jonction entre la place Jean Jaurès et l'avenue de Grammont
18H, à la jonction entre la place Jean Jaurès et l'avenue de Grammont © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Indre-et-Loire, France

Les gilets jaunes de retour sur le terrain ce samedi, pour l'Acte 3 de la mobilisation contre les hausses des taxes. Des rassemblements ont lieu ce samedi dans plusieurs points du département. 

"Nous faisons bien la différence entre une centaine de casseurs et le millier de gilets jaunes au milieu duquel ils se trouvaient" Ségolène Cavalière, Directrice de Cabinet de la Préfecture d'Indre-et-Loire

18H30 la place Jean Jaurès rouvre à la circulation, mais toujours une centaine de personnes (dont peu de gilets jaunes) avenue de Grammont face aux policiers - Radio France
18H30 la place Jean Jaurès rouvre à la circulation, mais toujours une centaine de personnes (dont peu de gilets jaunes) avenue de Grammont face aux policiers © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

A 18H30

La directrice de cabinet de la préfecture s'exprime pour la première fois de l'après-midi : "Si les policiers ont commencé à lancer des lacrymogènes peu après le début de la manifestation, c'est parce qu'ils avaient déjà été attaqués par un petit groupe de casseurs bien différencié des gilets jaunes. _Nous avons une quinzaine de policiers blessés, dont certains ont été arrosés d'acide, ce qui est du jamais vu en Touraine_. D'autres ont reçu des pavés. Il y a aussi une vingtaine de blessés parmi les manifestants ou les casseurs : la blessure la plus grave a été subie par un homme qui a eu une main arrachée en tentant de renvoyer une grenade assourdissante lancée par les policiers. Une femme a eu aussi une blessure importante à l'oreille".

Peu avant 18H, les policiers ont réussi à vider la place Jean Jaurès en repoussant tout le monde dans l'avenue de Grammont. "Je ne peux pas pour autant dire que c'est fini. On sait que les casseurs sont très mobiles, ils peuvent sans doute revenir". 

18H40 place Jean Jaurès : presque plus de gilets jaunes - Radio France
18H40 place Jean Jaurès : presque plus de gilets jaunes © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

"Une cellule judiciaire sera créée dès lundi pour analyser la vidéo-surveillance de la place Jean Jaurès et retrouver les casseurs". Ségolène Cavalière

Le maire de Tours, Christophe Bouchet, dénonce ces débordements

A 17H55

Pour la première fois de l'après-midi, les policiers viennent de faire une percée sur la place Jean Jaurès. Ils remontent sur l'avenue de Grammont et semblent bien décidé à disperser les gens présents, sachant que les casseurs semblaient de plus en plus nombreux ces dernières minutes, même si il est difficile de les différencier des manifestants car certains d'entre eux portent aussi un gilet fluo. 

17H30 : des casseurs sont en train de desceller des pavés - Radio France
17H30 : des casseurs sont en train de desceller des pavés © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Les brasseries et restaurants qui étaient restés ouverts jusqu'ici rentrent les terrasses. Au "16 Jean Jau", avenue de Grammont, le personnel a reçu l'aide de gilets jaunes. Il faut note aussi que d'autres gilets ont tenté de dissuader les casseurs de desceller des pavés.

Au "16 Jean Jaurès", des gilets jaunes ont aidé le personnel à rentrer la terrasse - Radio France
Au "16 Jean Jaurès", des gilets jaunes ont aidé le personnel à rentrer la terrasse © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

La situation semble totalement bloquée depuis près de 3 heures. Les CRS bloquent l'accès à la rue Nationale au bout de la place Jean Jaurès. Quelques centaines de gilets jaunes, les plus déterminés, y sont toujours, en dépit des gaz lacrymogènes et des tirs de flashball des forces de l'ordre. Il y aurait une vingtaine de blessés légers, et un homme plus grièvement atteint qui s'est fait arracher une main. Le commissariat annonce aussi "plein de blessés dans les rangs de la police", sans pouvoir donner de bilan précis pour l'instant. 

Les pompiers ont installé un poste médical dans le restaurant le Palais. Des rideaux sont tirés pour cacher les blessés légers soignés ici - Radio France
Les pompiers ont installé un poste médical dans le restaurant le Palais. Des rideaux sont tirés pour cacher les blessés légers soignés ici © Radio France - Simon Soubieux

Des gens ont décroché les chaines qui entourent les fontaines.

Les chaines qui entourent les fontaines de la place Jean Jaurès ont été décrochées.Certaines ont été emportées. - Radio France
Les chaines qui entourent les fontaines de la place Jean Jaurès ont été décrochées.Certaines ont été emportées. © Radio France - Simon Soubieux

De l'autre côté de la rue nationale, en revanche, la vie et l'activité commerciale continuent à peu près normalement. Un second cordon de CRS maintient une "zone vide" à l'intersection de la rue Nationale et de la rue des Minimes (celle du lycée Descartes). De ce côté-là, pas d'affrontement, comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessous.

A 15H45 

Il y aurait plusieurs blessés : selon plusieurs témoins, un homme aurait perdu une main en tentant de renvoyer une grenade assourdissante lancée par les CRS. L'information est confirmée par les pompiers qui sont sur place.

Des centaines de gilets jaunes sont toujours repliés dans l'avenue de Grammont, et observent de loin. Beaucoup se disent scandalisés par la tournure des évènements : "Je suis venu avec mes enfants, ça me fait flipper de voir qu'on ne peut plus manifester dans ce pays", "on est en dictature, Macron démission".

"C'était une manif pacifique et ce sont les CRS qui sont rentrés dans le tas". Une manifestante

A 15H30

Un jeune homme touché par un tir de flashball à la jambe est aidé par des gilets jaunes - Radio France
Un jeune homme touché par un tir de flashball à la jambe est aidé par des gilets jaunes © Radio France - Simon Soubieux
Comme samedi dernier, la plupart des magasins de la place Jean Jaurès ferment leurs rideaux - Radio France
Comme samedi dernier, la plupart des magasins de la place Jean Jaurès ferment leurs rideaux © Radio France - Simon Soubieux

Depuis plus d'une heure, les CRS font face à plusieurs centaines de gilets jaunes (sans doute plus de 500 personnes, selon l'estimation de notre journaliste sur place). Après un début de manifestation dans le calme, tout a dérapé quand les gilets jaunes ont voulu entrer dans la rue Nationale. Les forces de l'ordre ont envoyé des gaz lacrymogènes. Les gilets jaunes reculent, mais ne dispersent pas : ils battent en retraite quelques minutes dans l'avenue de Grammont, puis se rapprochent dès que le gaz se dissipe. Pour l'instant, il n'y a pas d'affrontement à proprement parler, même si quelques jeunes casseurs envoient des bouteilles et d'autres objets sur les policiers, qui répliquent à coup de flashball.

La place Jean Jaurès noyée sous les gaz lacrymogènes, à 15H - Radio France
La place Jean Jaurès noyée sous les gaz lacrymogènes, à 15H © Radio France - Simon Soubieux

A 14H45

Comme prévu, plusieurs centaines de gilets jaunes se sont retrouvés en centre ville de Tours vers 14H. Ils ont commencé à défiler depuis la gare de Tours et la place Jean Jaurès dans une ambiance sereine. En revanche, quand le cortège a voulu remonter la rue Nationale, les forces de l'ordre ont lancé des lacrymogènes. Le climat est tendu, depuis.

La manifestation de plusieurs centaines de gilets jaunes a débuté dans le calme, à 14H, devant la gare de Tours - Radio France
La manifestation de plusieurs centaines de gilets jaunes a débuté dans le calme, à 14H, devant la gare de Tours © Radio France - Simon Soubieux

A 12H30

La situation a peu évolué par rapport au début de matinée. La Préfecture d'Indre-et-Loire indique qu'il y a eu des tentatives d'instaurer des péages gratuits sur l'A10 à Sainte-Maure-de-Touraine et Monnaie, ainsi que sur l'A85 à Chinon. A chaque fois, les quelques dizaines de manifestants ont été délogés quelques minutes après leur arrivée, sans qu'il n'y ait d'incident avec les forces de l'ordre.

Il y a par ailleurs des rassemblements à Loches, Chateau-Renault et Parçay-Meslay.

Le principal rassemblement de cette 3ème journée de mobilisation en Indre-et-Loire débute à 14H. Les gilets jaunes sont appelés à se retrouver devant la gare pour une mobilisation "pacifique", comme indiqué dans le communiqué diffusé sur la page Colère 37.

A 10 h30

Selon la préfecture, les gilets jaunes commencent à se réunir à Loches, Chinon, Chateau-Renault et Parçay-Meslay. Une vingtaine de manifestants sont présents sur chaque lieu de rassemblement. 

A Sainte-Maure-de-Touraine, certains tentent de lever les barrières de péages sur l'A10, pour mettre en place une opération de gratuité de l'autoroute. La préfecture rappelle que les forces de l'ordre interviendront en cas de blocage ou de levée de barrières.  

Ce samedi-après midi, les gilets jaunes du département sont appelés à un rassemblement à 14 heures au niveau de la gare de Tours, selon le groupe Facebook Colère 37.  Un appel à une mobilisation "pacifique", alors que le centre-ville a été secoué par de violents affrontements vendredi entre lycéens et forces de l'ordre. Samedi dernier déjà, 12 personnes avaient été blessées en marge de la manifestation des gilets jaunes.