Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : pour certains, l'avenir du mouvement passe par des élections

lundi 3 décembre 2018 à 20:56 Par Kathleen Comte, France Bleu et France Bleu Paris

"Comment continuer le mouvement ?", c'est la question que se posent désormais les gilets jaunes à l'issue d'une troisième journée de mobilisation nationale. Pour y répondre, certains parlent d'élections, tous en tout cas semblent favorables à une structuration du mouvement.

Le mouvement des gilets jaunes se structure, certains appellent même à des élections.
Le mouvement des gilets jaunes se structure, certains appellent même à des élections. © Maxppp - Philipe Arnassan

Île-de-France, France

Alors que le mouvement des gilets jaunes entame sa troisième semaine de mobilisation, la question est maintenant de savoir "comment continuer le mouvement, se faire entendre et mieux porter leur message ?" Les manifestants ont toujours été clairs : ils ne veulent pas être récupérés, ni par les politiques ni par les syndicats, mais la plupart d'entre eux semblent favorables à l'élection de représentants. Et à une vraie structuration.

C'est le cas de Robert, 66 ans, habitant du Val d'Oise et gilet jaune. Ce retraité est obligé de continuer à travailler pour arrondir ses fin de mois. Concernant la structuration du mouvement, il est pour : "Si on veut avancer, il faut organiser sinon il va continuer à y avoir une revendication par gilet jaune." Et pour se structurer, Robert a son idée : "Peut-être commencer par la base, dans les communes où les gens se connaissent, organiser des réunions, s'organiser au niveau local pour passer après à un niveau départemental. On a 100 départements on aura 100 délégués et, on peut y aller après."

"On a une page qui aura pour finalité d'effectuer des élections de représentants par région"

En attendant certains s'organisent déjà : sur Facebook un groupe d'Ile-de-France a lancé un tirage au sort pour élire des représentants. De leur côté, dix gilets jaunes - réunis en collectif - ont également publié une tribune pour devenir les porte-paroles du mouvement. Des initiatives que Laëtitia Dewalle - porte-parole des gilets jaunes du Val d'Oise - dénonce : "Malheureusement nous voyons émerger des personnes qui disent être les représentants ou porte-paroles sans juste titre. Qui s'autoproclament représentants d'Ile-de-France alors qu'aucune élection n'a été faite." Pour Laëtitia Dewalle, la structuration passe par des élections : "On a une page Facebook qui aura pour finalité dans les plus brefs délais d'effectuer des élections de représentants par région."

Des représentants qui ne seront là que pour représenter et non pas pour prendre des décisions. En attendant leur élection, Laëtitia Dewalle souhaite que le gouvernement fasse des propositions. Ce n'est pas aux gilets jaunes - dit-elle - d'apporter des solutions. Et Laetitia l'affirme, la seule page Facebook à suivre pour une meilleure organisation est celle de "La France énervée" qui recense - dit-elle - 85 % des gilets jaunes. 

De son côté, le Premier ministre Edouard Philippe doit rencontrer ce mardi une délégation de gilets jaunes à Matignon.