Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : près de 1.000 manifestants pour la marche nocturne à Tarbes

-
Par , France Bleu Béarn

Ils étaient entre 800 et 1.000 gilets jaunes pour le dixième acte, et une nouvelle marche nocturne à Tarbes, samedi soir. Un rassemblement qui s'est une nouvelle fois terminé par des face-à-face avec les forces de l'ordre.

Gilets jaunes et forces de l'ordre se sont fait face à plusieurs reprises dans la soirée.
Gilets jaunes et forces de l'ordre se sont fait face à plusieurs reprises dans la soirée. © Radio France

Tarbes, France

La manifestation s'est terminée vers 00h30, place Verdun, par des courses poursuites entre manifestants et forces de l'ordre. La marche avait commencé dans le calme, vers 20h40, réunissant 800 personnes selon la police, plus d'un millier selon les gilets jaunes

Plusieurs interpellations

Certains sont venus de Pau, Mont-de-Marsan, du Pays Basque et même de Bordeaux pour marcher à Tarbes. Une manifestation nocturne dans laquelle les gilets jaunes ont joué au chat et à la souris avec les forces de l'ordre, alternant entre la place Verdun et la préfecture des Hautes-Pyrénées. Elle s'est, une nouvelle fois, terminée par des affrontements. Comme ces deux dernières semaines, pour des marches similaires à Tarbes et Pau. 

Il y a bien eu plusieurs interpellations musclées et du gaz lacrymogène utilisé pour disperser la foule. Mais pas de grenades de désencerclement, ni de tirs de flashball, contrairement au week-end dernier à Pau. 

Un homme, alcoolisé, a tout de même été blessé à l'arcade sourcilière par un coup de matraque. D'abord accompagné par les "street medics", ces soigneurs volontaires du cortège, il a été pris en charge par les pompiers.

Des contrôles routiers

En revanche il y eu plusieurs dizaines de contrôles routiers avant la manifestation. Les véhicules ont été arrêtés et fouillés au niveau de Soumoulou, puis aux alentours de la place Verdun, un peu avant 20h. Cela n'a pas empêché la manifestation d'être très tendue, au point que certains gilets jaunes se sont même battus entre eux, en fin de soirée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu