Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes, lycéens, agriculteurs, ambulanciers : quelles sont leurs revendications ?

mercredi 5 décembre 2018 à 15:46 - Mis à jour le vendredi 7 décembre 2018 à 12:29 Par Germain Arrigoni, France Bleu

Depuis la naissance des gilets jaunes, plusieurs secteurs ont profité de ce mouvement multiforme pour également faire valoir leurs revendications : c'est le cas notamment pour les lycéens, les étudiants et les agriculteurs.

© Maxppp -

Comment la France peut-elle sortir de la crise sociale ? Gilets jaunes, lycéens, étudiants, agriculteurs, ambulanciers, avocats...  la liste des secteurs qui rejoignent la contestation s'allonge avec des revendications spécifiques. France Bleu fait le point alors que la grève des routiers prévue dimanche soir a été annulée ce vendredi.

De l’annulation de la hausse des taxes du carburant au scrutin proportionnel : les revendications hétéroclites des gilets jaunes 

Deux semaines après le début du mouvement inédit et hétéroclite de protestation des "gilets jaunes", la sortie du conflit s'annonce compliquée pour le gouvernement, qui en panne d'interlocuteurs au sein de ce mouvement sans leader, a tardé à répondre à des revendications multiformes.

Parties d'un ras-le-bol sur la hausse des prix du carburant et d'une première journée de mobilisation le 17 novembre, les revendications sont devenues multiples. 

Dans un premier temps, une longue liste a été établie sur les pages du mouvement sur les réseaux sociaux intitulée : "Députés de France, nous vous faisons part des Directives du peuple pour que vous les transposiez en LOI". Cette liste de revendications multiples est à consulter en intégralité ici. 

Dans un deuxième temps, des gilets jaunes qui se présentent comme "modérés" ont mis en avant d'autres demandes comme l’annulation de la hausse des taxes sur les carburants (annoncée par l'Elysée mercredi soir), la fin de l’alourdissement du contrôle technique automobile, l’ouverture d’état généraux de la fiscalité, une conférence sociale nationale, des assises "territoires et mobilité" sous forme de débats régionaux, des référendums réguliers sur les grandes orientations sociales et sociétales du pays, le scrutin proportionnel pour les élections législatives.

  - Visactu
© Visactu -

Les ambulanciers veulent la suspension d’une réforme du transport sanitaire

Les ambulanciers étaient des dizaines à Paris lundi à bloquer certains accès à la place de la Concorde. Ils dénoncent depuis plusieurs mois la réforme des transports sanitaires. Ce sont désormais les établissements de santé qui choisissent ces transports et non plus les patients. Face à la concurrence de grands groupes qui peuvent proposer des tarifs attractifs, les petites sociétés d'ambulance ne peuvent pas s'aligner.

Les lycéens protestent contre les réformes du lycée, les étudiants contre l'augmentation des frais d'inscription pour les étrangers

Depuis le vendredi 30 novembre, des lycéens bloquent de nouveau totalement ou partiellement plusieurs dizaines d'établissements pour protester contre la réforme du baccalauréat et contre Parcoursup.

Ils appellent notamment à l'abandon des réformes du lycée, du bac, de la voie professionnelle et de la loi ORE, introduite l'an dernier pour l'entrée à l'université et instituant la controversée plateforme Parcoursup.

Du côté des étudiants, des universités notamment à Paris et à Nantes étaient perturbées. Ils protestent contre l'augmentation des frais d'inscription à la faculté pour les jeunes étrangers.

Les agriculteurs réclament la mise en oeuvre des ordonnances de la loi Alimentation

Les agriculteurs manifesteront "la semaine prochaine" pour que le gouvernement tienne ses promesses contenues dans la récente loi alimentation.

Des ordonnances devaient être publiées cette semaine pour encadrer les promotions dites abusives et mettre en œuvre le seuil de revente à perte. Objectif : améliorer la rémunération des agriculteurs... mais qui risque d'entraîner une hausse des prix pour les consommateurs.

Ces ordonnances ont été reportées par le gouvernement qui assure qu'elles seront appliquées "en janvier ou en février", avant la fin des négociations commerciales.

Les agriculteurs protestent aussi contre l'"agri-bashing". Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, cite notamment la plateforme glyphosate mise en place par le gouvernement, par le biais de laquelle les agriculteurs peuvent déclarer leur sortie des usages de cet herbicide controversé, afin de partager leur expérience. "Les agriculteurs se sentent humiliés", selon la patronne du premier syndicat agricole. 

  - Visactu
© Visactu -

Les avocats et les magistrats dénoncent la réforme de la justice

Dans la nuit de mercredi à jeudi, l'Assemblé nationale a voté, en première lecture, la fusion controversée des tribunaux d'instance (TI) et de grande instance (TGI). Cette mesure emblématique du projet de loi suscite depuis des mois des critiques, grèves et manifestations d'avocats et de magistrats.

Ils redoutent une refonte de la carte judiciaire où certains tribunaux, vidés de leurs substance, finiraient par fermer. D’autres craignent la dématérialisation des procédures et les risques de fracture numérique. 

Les oppositions ont dénoncé les conditions d'examen du projet de loi, qui n'a pas pu être bouclé et doit donc faire l'objet d'une nouvelle date d'inscription à l'ordre du jour des travaux en séance des députés.

La grève des routiers annulée

La grève des routiers n'aura pas lieu: après FO, la CGT a également levé vendredi son appel à la grève, considérant désormais comme "sécurisés" les taux de rémunération des heures supplémentaires des chauffeurs.

Compte tenu des "engagements pris par les organisations patronales et le gouvernement sur le respect des majorations de 25% et 50% des heures supplémentaires", la CGT considère que ces taux sont "sécurisés", a expliqué M. Michaud. FO, qui avait appelé avec la CGT à faire grève à partir de dimanche soir, en plein mouvement des "gilets jaunes", avait plus tôt dans la matinée déjà annoncé la levée de son appel.

Alors que l'exécutif est englué dans la crise sociale et cherche une porte de sortie, sept syndicats ont dénoncé ce jeudi "toutes formes de violences dans l'expression de revendications" des "gilets jaunes".

La CFDT, la CGT, FO, la CFE-CGC, la CFTC, l'Unsa et la FSU ont appelé "le gouvernement à garantir enfin de réelles négociations".