Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Gilets jaunes" : samedi noir à Toulouse pour l'acte XXII

-
Par , France Bleu Occitanie

L'acte XXII à Toulouse a rassemblé plusieurs milliers de personnes dans le centre-ville de la ville rose. Mais la manifestation a tourné court pour se transformer très vite en une succession d'affrontements avec les forces de l'ordre.

De nombreux face-à-face ont eu lieu entre forces de l'ordre et manifestants ce samedi 13 avril
De nombreux face-à-face ont eu lieu entre forces de l'ordre et manifestants ce samedi 13 avril © Radio France - Théo Caubel

Toulouse, France

Les premiers tirs de gaz lacrymogène ont été tirés un quart d'heure après le début de la manifestation. Et n'ont pas arrêté de déverser un voile blanc sur l'hypercentre de Toulouse jusqu'à la fin de l'après-midi. Les forces de l'ordre ont tenté de maitriser coûte que coûte l'itinéraire des "gilets jaunes" ce samedi à Toulouse, capitale nationale du mouvement le temps d'un jour. 

Une manifestation qui a stagné

Pendant plus d'une heure après le départ de la marche, les "gilets jaunes" se sont retrouvés coincés sur les allées Jean Jaurès, encerclés par la police. Cette dernière a dû contrôler à la fois les manifestants qui souhaitaient se frayer un chemin et stopper les casseurs et black blocs repérés sur le terrain. 

Gaz lacrymogène, canon à eau et grenades assourdissantes, tous les moyens étaient bons de la part des policiers pour contrôler la manifestation. Une stratégie qui a mécontenté une bonne partie des manifestants, indignés par le niveau de la répression policière ce samedi à Toulouse. 

Pendant sept heures, les "gilets jaunes" ont fait la navette entre le point de départ de la manifestation, la sortie du métro Jean-Jaurès, la gare Matabiau et place Jeanne d'Arc.

Une poignée d'entre eux se sont quand même risqués à entrer sur la place du Capitole, alors qu'un arrêté préfectoral interdisait toute manifestation sur la place principale de Toulouse.

Des black blocs présents

En plus de contenir dans un rayon restreint les manifestants, les forces de l'ordre ont eu affaire à des black blocs, des groupes de "casseurs organisés". Une agence d'intérim a été saccagée rue Gabriel Péri, une voiture a été incendiée dans une rue adjacente à la place Jeanne d'Arc. Du mobilier urbain a aussi été lourdement endommagé. La préfecture de Haute-Garonne a aussi noté "des tirs de feux d’artifices en direction des forces de l’ordre et la dégradation d’une moto de police".

21 blessés, 45 personnes interpellées

Ce dimanche à la mi-journée la préfecture de Haute-Garonne a établi un nouveau bilan de cette journée de manifestation à Toulouse : 21 blessés (dont 20 manifestants ou passants)  sont en urgence relative. 45 personnes ont été interpellées dont 15 pour dissimulation volontaire du visage. La grande majorité, 43, ont donné lieu à un placement en garde à vue. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu