Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : y a-t-il vraiment un "meneur" voulant "créer le chaos" vendredi devant la préfecture de la Manche ?

jeudi 6 décembre 2018 à 16:50 Par Marc Bertrand, France Bleu Cotentin

Le préfet de la Manche a publié un communiqué très alarmiste en amont du rassemblement prévu ce vendredi 7 décembre devant les locaux de la préfecture à Saint-Lô. Décrits comme des "groupes radicaux" venus "créer le chaos", les gilets jaunes démentent avoir des intentions belliqueuses.

Des gilets jaunes devant la préfecture de la Manche à Saint-Lô, le 21 novembre.
Des gilets jaunes devant la préfecture de la Manche à Saint-Lô, le 21 novembre. © Radio France - Marc Bertrand

Saint-Lô, France

Le communiqué a été publié mercredi soir sur le site de la préfecture de la Manche. Un texte appelant les Manchois à se "désolidariser" de "groupes radicaux" de gilets jaunes qui s'apprêteraient à "casser, souiller les symboles de la République, faire peur aux habitants et aux commerçants, ruiner l’activité économique locale et créer le chaos", écrit le préfet Jean-Marc Sabathé. Des groupes dont le "meneur est un individu très défavorablement connu des services de police".

Un appel au rassemblement devant la préfecture de Saint-Lô est effectivement lancé sur les réseaux sociaux pour ce vendredi à 8h30 du matin. Une manifestation non-déclarée auprès des autorités. Une action qui s'inscrit dans un contexte national anxiogène, plusieurs préfectures ayant été la cible d'actions violentes des gilets jaunes ces derniers jours, au Puy-en-Velay ou à Albi notamment, où le préfet du Tarn a été blessé par un éclat de verre et a dû être opéré à l'hôpital.

"Je ne suis pas le meneur", dément Sami Lahmar

Sami Lahmar l'avoue, il s'est tout de suite senti visé. L'homme est l'un des gilets jaunes les plus en vue dans la Manche pour avoir créé l'appel au rassemblement à Guilberville le 17 novembre, et passé quelques heures en garde à vue ensuite : "Tout le monde a pensé à moi apparemment. Et pourtant, même si j'y serai peut-être présent, je ne suis pas du tout le meneur de cette manifestation !", affirme Sami Lahmar. 

Mon téléphone n'arrête pas de sonner depuis ce matin. Quand ils ont lu cette phrase, tout le monde a pensé à moi apparemment"

Le père de famille le reconnaît, son casier judiciaire fait "quatre pages et demi". Fraude bancaire, escroquerie, faux et usage de faux, vols de voitures, transport de clandestins, il a été condamné et a fait de la prison à Caen. "Mais ça, c'était avant. Je me suis rangé, j'ai une famille, et je me tiens à carreaux. Les gilets jaunes, c'est la première fois que je suis ressorti manifester", explique-t-il.

Un rassemblement "totalement pacifique" selon une porte-parole

Alors qui est l'organisateur de ce rassemblement ? Une porte-parole des gilets jaunes de Coutances, Paula, qui a appelé à manifesté, affirme que la "décision a été prise collégialement" et ne reconnaît pas du tout Sami Lahmar comme "meneur". "C'est un rassemblement totalement pacifique et apolitique, comme toutes nos actions", explique-t-elle.

Si des personnes se greffent à nos actions pour mettre le bazar, on ne peut pas tout contrôler. Mais si jamais ça dégénérait dans la Manche, beaucoup de gilets jaunes pourraient quitter le mouvement"

Sami Lahmar, lui, estime que le communiqué du préfet de la Manche peut être contre-productif, "parce qu'il pourrait mettre de l'huile sur le feu" vis-à-vis de certains manifestants. 

Le préfet prend ses précautions vu le contexte national

Un dispositif de maintien de l'ordre sera déployé sur le site et les parkings situés à proximité évacués, indique la préfecture de la Manche ce jeudi soir. Elle annule également la cérémonie de la Sainte-Barbe, reportée à une date ultérieure, "afin d’éviter de mettre en insécurité des sapeurs pompiers et leurs familles"

La préfecture sera fermée ce vendredi, ainsi que l'ARS, les Finances publiques et l'Inspection académique situées à proximité immédiate.