Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : sept gardes à vue après la marche nocturne de samedi à Pau

lundi 14 janvier 2019 à 1:04 Par Evan Lebastard, France Bleu Béarn et France Bleu

Sept personnes ont été placées en garde à vue après les violences qui ont lieu en fin de marche nocturne, à Pau samedi soir. La manifestation a réuni 2.500 personnes venues d'un peu partout dans le Sud-Ouest.

La marche nocturne s'est terminée par des affrontements avec les forces de l'ordre à Pau
La marche nocturne s'est terminée par des affrontements avec les forces de l'ordre à Pau © Radio France

Pyrénées-Atlantiques, France

Plus d'une dizaine d'interpellations, et sept personnes placées en garde à vue après la marche nocturne de samedi, à Pau. Trois personnes étaient toujours en garde à vue lundi matin. 

A la fin de la manifestation, réunissant 2.500 gilets jaunes d'un peu partout dans le Sud Ouest, des affrontements ont eu lieu entre les forces de l'ordre et une centaine de personnes, notamment place Gramont et place de Verdun.

Plainte pour violence policière

Deux des gardés à vue sont définitivement sortis, dont un mineur bigourdan. Il a été condamné à des travaux d’intérêt général. Le deuxième manifestant a été mis hors de cause par la vidéo-surveillance. 

Il s'agit d'un postier de 45 ans, originaire de Garlin. Il a l'intention de déposer plainte en début de semaine pour violence policière, après avoir fait constater ses blessures par un médecin. Il est par ailleurs dans l'attente d'un procès le 21 mars pour avoir brûlé des palettes à une aire de péage.

Enquête en cours

Les deux derniers gardés à vue ont été relâchés en début d'après-midi dimanche, mais une enquête est toujours en cours. Les vidéos sont en cours d'analyse. 

L'un d'entre eux est bien connu du mouvement palois, il s'agit d'Alain Berit-Debat, gilet jaune de la première heure. Il lui est reproché des dégradations sur un véhicule de police, provocation à la rébellion mais aussi d'avoir participé à un rassemblement en vue de violences volontaires sur des biens et des personnes. Son avocate a précisé qu'il niait toutes les accusations.

En vidéo : fin de manifestation tendue à Pau