Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : un dispositif de sécurité exceptionnel samedi à Paris

vendredi 7 décembre 2018 à 14:17 Par Émilie Defay et France Bleu, France Bleu Paris et France Bleu

Un dispositif de sécurité "de grande envergure" sera mis en place samedi à Paris, a indiqué vendredi le ministre de l'Intérieur. 8.000 policiers et gendarmes seront mobilisés dans la capitale.

Des CRS près de l'Arc de Triomphe samedi 1er décembre, lors de la manifestation des gilets jaunes
Des CRS près de l'Arc de Triomphe samedi 1er décembre, lors de la manifestation des gilets jaunes © Maxppp - Tatif/Wostok Press

Paris, France

A la veille d'une nouvelle mobilisation des gilets jaunes, l'alerte maximale est décrétée. Le gouvernement va déployer un dispositif exceptionnel pour cet acte IV du mouvement. "Tout laisse à penser que des éléments radicaux, des factieux, vont à nouveau tenter de se mobiliser", a souligné Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, vendredi lors d'une conférence de presse.

Le dispositif de sécurité a encore été renforcé par rapport à samedi 1er décembre. 89.000 membres des forces de l'ordre sont mobilisés sur toute la France, dont 8.000 à Paris (contre 4.600 la semaine dernière). Et pour la première fois depuis des décennies, l'État déploiera dans la capitale des "VBRG", ces véhicules blindés à roue de la gendarmerie. 

  - Visactu
© Visactu

Le ministre a refusé de dévoiler le détail du dispositif "pour ne pas par renseigner les casseurs". Mais Christophe Castaner parle d'une "changement de doctrine". Le dispositif statique mis en place samedi dernier est abandonné. Les policiers et gendarmes seront plus mobiles pour pouvoir se déplacer en fonction des besoins. 

Les autorités n'attendent que quelques milliers de personnes à Paris mais dans ces personnes "il y a des gens ultraviolents", a ajouté le ministre. L'exécutif craint une alliance entre ultradroite, ultragauche, gilets jaunes les plus radicaux et jeunes de banlieue. "Face à la violence systématique et organisée, nos forces répondront avec fermeté", prévient-il.