Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Vandalisation de la stèle du maréchal Juin à Paris : un homme est en garde à vue

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un homme de 31 ans, soupçonné d'avoir dégradé la stèle du maréchal Juin au cours de la manifestation des Gilets jaunes place d'Italie à Paris mi-novembre, a été placé jeudi en garde à vue, indique le parquet de Paris.

La stèle du maréchal Juin vandalisée
La stèle du maréchal Juin vandalisée © Maxppp - Vincent Isore

Paris, France

L'homme filmé en train de dégrader la stèle du maréchal Juin à Paris, place d'Italie, le 16 novembre 2019 au cours de la manifestation des Gilets jaunes, était activement recherché. Jeudi, un homme de 31 ans, soupçonné d'être l'auteur de ces dégradations, a été placé en garde à vue, indique le parquet.

L'"exploitation minutieuse des caméras et de la téléphonie" a permis aux enquêteurs d'identifier et d'interpeller cet homme, a précisé la Préfecture de police de Paris.

La journée du 16 novembre, date du premier anniversaire du mouvement des Gilets jaunes, avait été émaillée de nombreuses violences, notamment place d'Italie. Les forces de l'ordre avaient fait face à de petits groupes de casseurs en marge d'une manifestation de "gilets jaunes".

Deux jours plus tard, un hommage républicain avait été organisé à cet endroit, en présence de la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo. "Nous n'acceptons pas qu'il soit porté atteinte aux symboles, à ceux qui font que nous sommes une République unie", s'était-elle indignée dans un discours.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu