Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

"Gilets jaunes" : une centaine de manifestants à Dijon pour dénoncer les violences policières

-
Par , France Bleu Bourgogne

Environ 150 manifestants se sont rassemblés ce lundi soir à Dijon, pour dénoncer les violences policières à l'encontre du mouvement des "Gilets jaunes".

Les manifestants ont projeté des photos de victimes.
Les manifestants ont projeté des photos de victimes. © Radio France - Damien Mestre

Dijon, France

Environ 150 personnes se sont réunies ce lundi soir, Place de la République à Dijon, pour dénoncer les violences policières à l'encontre du mouvement des "Gilets jaunes".

Les manifestants se sont ensuite rendus Place Darcy pour se recueillir autour d'un faux cercueil, et projeter sur la Porte Guillaume un diaporama composé de photographies de victimes. 

"Interdire les armes non létales"

Deux jours après la grave blessure de Jérôme Rodrigues, l'une des figures du mouvement, en marge des manifestations de "l'acte 11" à Paris, les manifestants ont dénoncé l'usage des grenades et LBD 40.

"Il faudrait interdire ces armes, dites non létales", explique Yves, l'un des manifestants, qui dénonce la manière dont est opéré le maintien de l'ordre depuis le début du mouvement. "Les forces de l'ordre doivent arrêter d'aller systématiquement au contact. Bien souvent, ce sont elles qui contribuent à enclencher la dynamique des affrontements, par leur présence ou leur pression"

Un petit groupe de manifestants s'est rendu devant la Préfecture. - Radio France
Un petit groupe de manifestants s'est rendu devant la Préfecture. © Radio France - Damien Mestre

Un groupe plus restreint de manifestants s'est ensuite rendu à la Préfecture. Rendez-vous habituel du samedi après-midi, où le bâtiment est totalement barricadé derrière un imposant dispositif policier, les "gilets jaunes" ont cette fois-ci constaté l'absence totale de forces de l'ordre.

Durant une quinzaine de minutes, ils ont tourné en dérision la situation, multipliant photos et chants. Les policiers sont finalement arrivés au compte-gouttes pour se poster devant la porte. Après quelques moqueries de la part des "gilets jaunes", un début de dialogue cordial s'est engagé entre les policiers et certains manifestants.

Le cortège s'est progressivement dispersé, dans le calme, aux alentours de 20 heures.