Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Gironde : à Bruges, les deux dernières cabines téléphoniques restent symboliques

mercredi 6 septembre 2017 à 16:06 Par Mélanie Juvé, France Bleu Gironde

Les cabines téléphoniques sont vouées à disparaître d'ici la fin de l'année, trop chères à entretenir et quasiment inutilisées : moins d'une minute par jour et par cabine en moyenne. En Gironde il en reste cinq, dont deux à Bruges. Pour les habitants et la mairie, elles restent symboliques.

Les deux dernières cabines téléphoniques de Bruges, entre la Poste et la mairie.
Les deux dernières cabines téléphoniques de Bruges, entre la Poste et la mairie. © Radio France - Mélanie Juvé

Bruges, France

C'est la fin des cabines téléphoniques françaises. Elles vont disparaître d'ici la fin de l'année, comme le prévoit un amendement du projet de loi Macron voté en 2015. Trop chères à entretenir, elles ne servent presque plus : moins d'une minute par jour et par cabine en moyenne. Orange, opérateur historique, démonte petit à petit le parc français. Il n'en reste que 5 450. Cinq sur la voie publique en Gironde dont deux à Bruges, entre la Poste et la mairie.

Les cabines, laissées à l'abandon. - Radio France
Les cabines, laissées à l'abandon. © Radio France - Mélanie Juvé

Souvenirs nostalgiques

"Je ne les regarde même plus en passant, avoue Bernard. Mais ça avait son charme ! Surtout quand il fallait mettre les pièces pour appeler la famille. On était tellement stressés du temps limité qu'on ne savait même plus ce qu'on disait au téléphone, on avait peur d'être coupés !". Les quatre autres cabines de la ville de Bruges ont été démantelées il y a quatre ans environ. "Elles sont obsolètes c'est vrai, mais je pense qu'elles peuvent encore avoir une utilité ! pense Marie-France, 73 ans. Il y a des gens qui n'ont pas encore le téléphone peut-être. Elles font partie du décor ! Il y aura des photos avant qu'on les enlève et peut-être même des cartes postales avec les cabines dessus !"

Futures bibliothèques de rue ?

Pour la mairie de Bruges, elles restent aussi symboliques. "Ces deux cabines ont été installées il y a 15 ans. Elles ont été conservées pour les Brugeais qui n'ont pas encore de téléphone mobile, explique Arnaud Coutant, directeur des services techniques de la ville. L'idée, lorsqu'on sera contraints de les démanteler, serait de les transformer en boîte à lire, le projet est en réflexion. Les conserver sera aussi un souvenir de l'avant téléphone mobile et d'avoir quelque chose du temps passé." Une idée qu'ont déjà eue les mairies de Gauriac et Saint-André-de-Cubzac.