Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Gironde : quelques plages surveillées cette semaine sur le littoral

mardi 8 mai 2018 à 17:21 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

Depuis le début de cette semaine de ponts, la baignade est surveillée sur la plage centrale de Lacanau, tout comme à Montalivet. Une décision de la commune, pour assurer la sécurité des (rares) baigneurs, en cette période de ponts du mois de mai.

Toujours entre les drapeaux bleus...
Toujours entre les drapeaux bleus... © Radio France - Thomas Coignac

Lacanau Océan, Lacanau, France

Sur la plage centrale de Lacanau, en ce début mai, il flotte comme un air de début de saison. Un grand ciel bleu depuis le début de la semaine, du monde sur la plage, des terrasses de restaurants bien remplies... Ce qui empêche de se croire le 15 août, finalement, c'est la température de l'eau. 13 petits degrés dans l'océan, ces lundi et mardi, pour ceux qui ont fait le pont du 8 mai. Et ceux qui vont les imiter pour l'Ascension n'auront pas beaucoup plus de chance... 

Mais, pour les quelques téméraires qui bravent le froid, la baignade se fait sous surveillance sur la plage centrale de Lacanau. "D'habitude, au mois de mai, on ouvre la surveillance uniquement les week-ends, explique Hervé Cazenave, adjoint au maire chargé du littoral. Mais là, la semaine est particulière avec tous ces ponts. Donc, pour que tout le monde puisse se baigner en sécurité, on a mis des moyens supplémentaires sur la surveillance". 

On a moins de monde à l'eau, avec la température. Du coup, forcément, moins d'interventions

Pour les maîtres-nageurs sauveteurs, c'est donc quasiment une semaine normale de vacances. En un peu plus tranquille quand même. "On a moins de monde à l'eau, avec la température, explique Arnaud, qui surveille la plage depuis le poste de secours. Du coup, forcément, moins d'interventions". Dans l'eau, les vagues sont assez grosses, la plupart des gens se contentent donc de rester au bord. Mais, plage centrale, l'ennemi c'est surtout le courant, à cause des récifs qui séparent la zone des baigneurs et celle des surfeurs

Du coup, les baigneurs sont contents, comme Karine. Elle a décidé de rester avec de l'eau jusqu'aux chevilles, mais ses enfants, eux, s'amusent dans les vagues. "Je ne reste pas loin d'eux, dit la mère de famille bretonne, qui a posé quelques jours de vacances. Mais c'est vrai que c'est bien d'avoir les MNS à proximité". Sur la chaise, c'est vrai, les secouristes veillent. 

Sur la chaise, les MNS veillent. - Radio France
Sur la chaise, les MNS veillent. © Radio France - Thomas Coignac
Et sont aussi attentifs depuis le poste de secours, un peu plus haut. - Radio France
Et sont aussi attentifs depuis le poste de secours, un peu plus haut. © Radio France - Thomas Coignac

On change de décor, et on fait quelques centaines de mètres, jusqu'à la plage Sud. Là, pas de surveillance, faute de moyens pour assurer le même dispositif sur toutes les plages. Une plage plus sauvage, bondée l'été, mais moins fréquentée en ce mois de mai. 

La plage Sud, plus sauvage. - Radio France
La plage Sud, plus sauvage. © Radio France - Thomas Coignac

"C'est plus désert, c'est plus sympa, dit Chloé. On était à la plage centrale hier, mais là, on a eu envie de venir ici". "Plus de place pour se garer, et c'est gratuit" reprend Kevin. Et le fait qu'il n'y ait pas de surveillance, alors ? "C'est tranquille, l'océan est calme". La mairie et les MNS conseillent tout de même évidemment, de venir se baigner plage centrale. La surveillance y est assurée tous les jours, jusqu'à 18h30 et jusqu'à dimanche. 

Drapeau jaune, et pas de vent, au dessus du poste de secours. - Radio France
Drapeau jaune, et pas de vent, au dessus du poste de secours. © Radio France - Thomas Coignac