Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Gironde : "Détenues", de Bettina Rheims, à voir au château de Cadillac

mercredi 30 mai 2018 à 17:20 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

Le Château de Cadillac se souvient qu'il a aussi été une prison pour femmes pendant 130 ans, et accueille jusqu'au 4 novembre la série "Détenues", 45 portraits de femmes incarcérées réalisées par la photographe Bettina Rheims.

Premiers visiteurs de l'exposition lors du vernissage mercredi
Premiers visiteurs de l'exposition lors du vernissage mercredi © Radio France - Pierre-Marie Gros

Cadillac, France

C'est une exposition exceptionnelle qu'accueille à partir de vendredi 1er juin le Château de Cadillac, en Gironde. Cette expo photo, baptisée "Détenues", est signée Bettina Rheims. Ces 45 portraits de femmes incarcérées ont été réalisées par la photographe, avec l'accord de l'administration pénitentiaire, durant l'automne 2014 dans cinq prisons françaises (les centres de détention de Rennes, Poitiers, Vivonne et Roanne, et à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas).

Le choix du Château de Cadillac pour l'accueillir, comme l'avait été le Château de Vincennes, où l'exposition s'est tenue de février à avril dernier, n'est pas un hasard: il fait écho à l'histoire des lieux, car ce château du dix-septième siècle, classé aux Monuments Historiques, fut aussi pendant 130 ans, jusqu'en 1950, une lieu de détention pour femmes. D'abord prison, il est ensuite devenu "maison de redressement" pour mineures délinquantes. "Il nous semble indispensable de présenter la double histoire de ce château, à la fois lieu grandiose du Cadet de Gascogne, mais aussi son passé carcéral,  explique Olivier Du Payrat, l'administrateur du Château de Cadillac pour les Monuments Nationaux, et cette exposition nous en donne la formidable occasion." Dès l'automne, pour évoquer ce passé de château-prison, le deuxième étage actuellement en réfection, où étaient situées les cellules, sera d'ailleurs montré au public. 

"Château grandiose, mais aussi château-prison" Olivier Du Payrat, administrateur du Château de Cadillac

Dans deux salles situées au sous-sol du Château, sont donc présentés 45 portraits en couleurs, quasiment grandeur nature; des portraits de femmes de tous âges, qui font face aux visiteurs, et semblent les regarder.  Surprenant pour Daniel et Agnès, présents lors du vernissage mercredi midi. "On ne s'attendait pas à cela, on pensait voir des photos de loin, de l'endroit où elles sont emprisonnées, mais pas comme ça, en gros plan, où on voit certains visages remplis d'espoir, d'autres de désespoir". 

Une des salles de l'exposition "Détenues", au château de Cadillac - Radio France
Une des salles de l'exposition "Détenues", au château de Cadillac © Radio France - Pierre-Marie Gros

"Des femmes dignes, qui retrouvent leur part d'humanité" 

La création de cette série photos a été encouragée par Robert Badinter, l'ancien garde des sceaux, rappelle Olivier Du Payrat, qui souligne lui aussi la singularité du travail de Bettina Rheims. "Ces clichés redonnent une forme de dignité à ces femmes, une forme de visibilité aussi, et leur part d'humanité". 

Comme dans la chapelle du Château de Vincennes, la scénographie a été réalisée par Nicolas Hugon, qui avec la photographe, a choisi de présenter ces images sur des étagères métalliques , éclairées par des Led,  "une sorte de petit oratoire qui souligne les regards, et donne  une valeur quasi-religieuse à ces femmes qui souffrent,  presque des madones", explique le scénographe. 

"Des portraits dérangeants, mais magnifiques"

Pendant le temps de l'exposition, la fréquentation a augmenté de 37% au château de Vincennes, et le Centre des Monuments Nationaux espère bien doper aussi l'affluence à Cadillac, qui a reçu l'an dernier 18.000 visiteurs. "Accueillir une artiste aussi prestigieuse, c'est très important pour faire vivre ce lieu, souligne Edouard De Lumley, directeur du développement culturel et des publics au CMN,  c'est très important aussi pour accueillir de nouveaux publics, comme les férus d'art contemporain". 

L'autre salle de l'expo "Détenues", au château de Cadillac - Radio France
L'autre salle de l'expo "Détenues", au château de Cadillac © Radio France - Pierre-Marie Gros

L'expo "Détenues" est visible jusqu'au 4 novembre au Château de Cadillac. Le prix d'entrée est compris dans la visite du château

►►► Les infos pratiques sur l'exposition