Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Gironde: Le Taillan-Médoc veut sa déviation ... et son collège

dimanche 3 décembre 2017 à 21:52 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

Les habitants du Taillan-Médoc se sont mobilisés ce dimanche pour réclamer la déviation promise depuis 35 ans, mais aussi pour obtenir la création sur la ville d'un collège. Le département préfère implanter un nouvel établissement au Pian-Médoc.

Le rassemblement "Ma ville, ma rue, mon collège" au Taillan-Médoc
Le rassemblement "Ma ville, ma rue, mon collège" au Taillan-Médoc © Radio France - Pierre-Marie Gros

Le Taillan-Médoc, France

Pas de marche comme l'an dernier, mais ce premier dimanche de décembre a de nouveau été l'occasion pour les habitants du Taillan-Médoc de se mobiliser autour du slogan "Ma ville, ma rue, mon collège".

Pour une fois, l'avenue de Soulac, la principale artère qui traverse la ville, était débarrassée de sa circulation, et des animations de Noël y étaient organisées. A l'appel de leur maire, Agnès Versepuy, la population s'est rassemblée pour réclamer une nouvelle fois une déviation. Le centre-ville continue d'être traversé chaque jour par 20 mille voitures et 1 500 poids lourds. Une autre revendication s'est ajoutée cette année : la construction d'un collège dans cette ville de 10 mille habitants . Dans son plan collèges, qui prévoit la création de 12 nouveaux collèges en Gironde, le conseil départemental a préféré l'implantation dans le secteur d'un nouvel établissement au Pian-Médoc.

La directrice de l'école Montessori mobilisée pour ce rassemblement  - Radio France
La directrice de l'école Montessori mobilisée pour ce rassemblement © Radio France - Pierre-Marie Gros

Les deux sujets sont intimement liés, ils concernent la question des mobilités : on est l'entonnoir du Médoc, on doit vivre avec le passage de tous les gens qui vont travailler dans la Métropole bordelaise, et on voudrait que 300 élèves partent le matin à contre-sens , et que leurs parents fassent le chemin inverse ensuite pour retrouver les bouchons. Ce n'est pas possible, on régresse. - Agnès Versepuy, maire du Taillan-Médoc

"On en a marre d'être une variable d'ajustement" Agnès Versepuy, maire du Taillan-Médoc

Le projet de déviation , lancé il y a 35 ans, est bloqué depuis juillet 2016, suite à une décision de la Cour administrative d'appel , qui a donné raison aux associations de défense de l'environnement. Mais un nouvel arrêté préfectoral pourrait être pris prochainement, et les travaux - 8 kilomètres de route à réaliser - pourraient reprendre en 2018.

C'est l'Arlésienne , on nous raconte des balivernes. La circulation en centre-ville, c'est l'enfer, un flux continu de voitures et de camions, c'est dangereux en plus : impossible pour les piétons de traverser. On vit dans les bouchons et la pollution, c'est irrespirable. - Louis-Charles et Jean-Jacques, deux habitants du Taillan.

Les enfants ont pu dessiner à la craie sur la chaussée, débarrassée de ses voitures et de ses poids-lourds  - Radio France
Les enfants ont pu dessiner à la craie sur la chaussée, débarrassée de ses voitures et de ses poids-lourds © Radio France - Pierre-Marie Gros

A propos du collège, le maire et les élus insistent sur le fait que le Taillan-Médoc sera la seule ville de Gironde de 10 000 habitants et plus à ne pas avoir de collège.

Mes deux enfants sont encore en primaire, et je veux que plus tard ils aillent au collège ici, dans la commune où on vit. Les villes autour ont toutes leur collège, et pourquoi pas nous ? Il y a suffisamment d'enfants ici pour avoir notre propre établissement. - Charlotte, une jeune maman.

"On est un peu les mal-aimés"

Le Conseil départemental s'est montré pour l'instant inflexible, et refuse de céder à la demande des élus et des parents d'élèves du Taillan-Médoc.