Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Gironde : les femmes victimes de violences conjugales manquent d'hébergements

jeudi 1 novembre 2018 à 12:14 Par Pascal Pierozzi, France Bleu Gironde

Avant une manifestation locale le 10 novembre à Bordeaux, et le rassemblement national le 24 novembre à Paris contre les violences faites aux femmes, le Planning Familial de Gironde tire le signal d'alarme face au manque d'hébergements d'urgence pour les femmes victimes de violences conjugales.

Les femmes victimes de violences conjugales souffrent d'un manque d'hébergement d'urgence en Gironde
Les femmes victimes de violences conjugales souffrent d'un manque d'hébergement d'urgence en Gironde © Maxppp - Jean-Louis GORCE

Gironde, France

Naïma Charaï, conseillère régionale Nouvelle-Aquitaine, déléguée à l'égalité femme-homme, lutte contre les discriminations et solidarité, est ce 2 novembre l'invitée de 'Vendredi Politique' entre 8h et 8h30 sur France Bleu Gironde.

Le Planning Familial de Gironde évoque des chiffres affolants.  Annie Carrareto, co-présidente, affirme que 'le seul centre d'hébergement sécurisé pour les femmes victimes de violences conjugales, l'APAFED, l'Association Pour l'Accueil des Femmes En Difficulté, à Cenon, a secouru, en 2017, 71 femmes avec 71 enfants sur 640 demandes. 570 femmes sont donc restées sans réponse et sans hébergement.  Cette situation se poursuit cette année, 380 femmes seraient toujours en état de détresse dans le département. 

Annie Carrareto estime que "ces chiffres ne tiennent pas compte de l'ensemble des structures qui peuvent exister sur le département, et qui ont des difficultés quotidiennes pour les recevoir". Elle demande à l'Etat qui subventionne l'APAFED d'augmenter les places d'urgences sécurisées, avec un accompagnement pour ces femmes. Elle appelle également les élus à mettre des appartements ou des lieux d'hébergements à disposition des victimes quand elles décident de partir du domicile conjugal.  "Le jour où elles prennent leurs décisions, et c'est souvent très difficile, il faudrait que cela soit instantané et efficace". 

'Un dossier pas pris en compte par le gouvernement et nos élus' 

La représentante du Planning Familial girondin affirme que "c'est une demande qui n’apparaît pas, ni dans les budgets, ni dans les lois qui ont été votées récemment : la loi Elan sur l'hébergement, il n'y a rien sur les femmes victimes de violences conjugales. Même chose sur la loi sur l'égalité homme-femme de Marlène Schiappa, il n'y a rien sur la question de l'hébergement". 

Annie Carrareto explique qu'elle a tiré la sonnette d'alarme auprès des élus de la mairie de Bordeaux, de la Métropole et même auprès des député(e)s girondins. "Nous avons été reçues au mois de Mars, puis au mois de juin, nous avons relancé le dossier. Même si on nous dit qu'on fait un travail formidable et qu'il faut trouver des solutions, à ce jour  nous n'avons absolument aucune réponse des élus de Bordeaux et de la métropole. On a le sentiment d'avoir une écoute qui n'est pas suivie de faits." 

La parole se libère mais il reste beaucoup à faire 

La parole des femmes, victimes de violences conjugales se libèrent incontestablement, y compris en Gironde. Les chiffres le constatent, mais il reste encore beaucoup à faire pour une véritable prise de conscience sur le plan des démarches, sur le plan judiciaire et sur le plan de l'accompagnement affirme la co-présidente du Planning Familial de Gironde. 

Annie Carrareto co-présidente du Planning Familial de Gironde

Le planning familial de Gironde participera le 24 novembre à Paris au grand rassemblement national contre les violences faites aux femmes, mais donne rendez-vous  le 10 novembre pour un rassemblement devant la mairie de Bordeaux, afin de faire pression sur les élus.