Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

GO Leaks, le WikiLeaks du Grand Ouest est lancé

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Loire Océan

Le Grand Ouest (Bretagne, Pays-de-Loire et Normandie) va disposer courant mars d'une plate-forme numérique permettant à des lanceurs d'alerte de communiquer en toute confidentialité avec des journalistes. Son nom : Go Leaks.

Go Leaks
Go Leaks

Nantes, France

C'est une première au niveau régional en France. Go Leaks, la première plate-forme régionale de récolte et de diffusion d’information, de "leaks", par des sources anonymes, va voir le jour courant mars. Ce sont deux Nantais qui ont lancé l'idée. Un "hacker" et un journaliste, Romain Ledroit.

Go Leaks "est un tuyau sécurité et anonyme pour que les sources puissent faire parvenir aux journalistes des informations qu'elles ne pourraient pas faire transiter autrement" explique Romain Ledroit.

Le principe c'est de permettre à une source, un lanceur d’alerte qui a des informations sensibles, de les transmettre à un journaliste sur la plate-forme sécurisée. En région, "il y a beaucoup de sujets économiques, politiques... qui ne sont jamais divulgués" poursuit Romain Ledroit. "Et les rédactions n'ont pas toujours le temps et les moyens de faire de l'investigation". L'idée également est de donner un statut aux lanceurs d'alerte.

Un financement participatif

Go Leaks permettra d'échanger ces données d'une manière parfaitement sécurisée sur un logiciel de navigation anonyme comme Tor. "Les échanges sont cryptés" explique de son côté datapulte, à l'origine également du projet.  "Un projet comme celui-là ne sera pas financé par les collectivités locales, l'état" prévient Romain Ledroit. Pour exister, GO Leaks a eu recourt au financement participatif.

Des formations sur les protections de données seront aussi proposées aux rédactions qui le souhaitent.

GO Leaks c'est quoi ? Explication avec Romain Ledroit, à l'origine de l'idée

EN SAVOIR PLUS :

Le compte twitter de @goleaks_ 

Loi sur le Renseignement 

Les lanceurs d'alerte sur Legifrance 

Lanceurs d’alerte et chercheurs "embarqués" : la montée en puissance de la société civile.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu