Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Gobee.bike quitte la ville de Reims deux mois après son lancement

mardi 9 janvier 2018 à 15:35 Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Deux mois après son arrivée à Reims, la société Gobee.bike retire de la ville tous ses vélos en libre service. Dans un mail envoyé aux utilisateurs, les dirigeants expliquent ne plus pouvoir supporter le coût des réparations. Ces dernières semaines, les vélos avaient subi de nombreuses dégradations.

200 vélos Gobee.bike sont d'ores et déjà en libre service à Reims
200 vélos Gobee.bike sont d'ores et déjà en libre service à Reims © Radio France - Aurélie Jacquand

Reims, France

Il y a à peine plus de deux mois, le 6 novembre 2017, Gobee.bike s'installait à Reims. 200 vélos en libre service étaient déployés dans toute la ville,  lors d'une présentation en grandes pompes en présence du maire de la ville Arnaud Robinet et de la présidente de Reims Métropole Catherine Vautrin. Deux mois plus tard, la société Gobee.bike annonce qu'elle quitte Reims. "nous mettons un terme à notre service dans la ville de Reims", écrivent les dirigeants dans un mail envoyé aux utilisateurs

"Nous ne pouvons plus supporter ni le coût financier, ni le coût moral des réparations"

Ce sont semble-t-il les nombreuses dégradations subies par ces vélos en libre-service, qui ont eu raison de Gobee.bike. "Ces dernières semaines, le vandalisme et les dégâts causés à notre flotte ont atteint des limites que nous ne pouvons plus surmonter. Nous étions tout à fait conscients que nous devrions faire face à du vandalisme. Nous étions prêts à prendre ce risque et investir nos ressources aussi bien financières qu'humaines ainsi que notre temps pour tenir le cap, pour vous offrir ce nouveau mode de mobilité", poursuit le communiqué de Gobee.bike. 

Mail envoyé par les dirigeants de Gobee.bike à ses utilisateurs - Radio France
Mail envoyé par les dirigeants de Gobee.bike à ses utilisateurs © Radio France - Aurélie Jacquand
Un Gobee.bike endommagé dans une rue de Reims - Radio France
Un Gobee.bike endommagé dans une rue de Reims © Radio France - Aurélie Jacquand

Pour avoir accès à ces vélos en libre-service, les utilisateurs de Gobee.bike ont dû payer une caution. Seront-ils remboursés et de quelle manière ? Sur ce point, pas de précision de la part de la société qui ajoute simplement dans son mail : "Sur les prochains jours, nos équipes opérationnelles vont se concentrer sur la récupération de notre flotte dans son intégralité. Et notre service client sera entièrement dédié au traitement de vos demandes".

La ville de Reims n'est pas la seule concernée par le départ de Gobee.bike, puisque la société a également décidé de quitter la ville de Lille, où elle s'était implantée il y a trois mois, en octobre dernier. Là encore c'est le vandalisme qui motive son départ.