Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Gourette : pas de risque immédiat pour l'esplanade du Valentin selon le Département

-
Par , France Bleu Béarn

Le 28 septembre dernier, lors d'une assemblée de copropriétaires, il avait été évoqué une possible fermeture de l'esplanade et du parking de Gourette. Aujourd'hui le maire convoque une réunion pour organiser le déneigement de la plateforme et aborder ces questions de sécurité.

L'esplanade du Valentin à Gourette qui ne peut supporter plus de 400 kilos au mètre carré
L'esplanade du Valentin à Gourette qui ne peut supporter plus de 400 kilos au mètre carré © Radio France - Marie line Napias

Pau, France

C'est une course contre la montre qui est engagée avant l'ouverture de la station prévue le 7 décembre prochain. En juin dernier, le président du tribunal de grande instance, saisi par le conseil départemental, a nommé un administrateur provisoire et désigné un expert pour une étude de "solidité de la plateforme du Valentin".  La résidence et le parking, ont fêté leurs cinquante ans l'an dernier. Dès 2006, le bureau Véritas pointait une dégradation des poteaux en béton et de leurs armatures. Comme nous l'expliquions dans un article précédent, les copropriétaires affirment que c'est le Département qui doit payer, parce qu'il serait propriétaire de la plateforme et des poteaux. Une version contestée par l'avocat du département, maître Jean-Michel Gallardo. 

Le Département propriétaire de la plateforme du Valentin : "un pur fantasme"

Maître Jean-Michel Gallardo, avocat du conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques

Le débat repose sur un pur fantasme.  Dans les années 1990, le département était intervenu pour réaliser des travaux sur cette structure en béton et à ce moment là, le département et la commune ont pu envisager de devenir propriétaires mais rien n'a été fait. 

Jamais aucun acte n'a été passé, jamais une vente n'a pu intervenir, pour une raison très simple, c'est que la copropriété n'a jamais été représentée. 

Une partie des documents de l'avocat du conseil départemental, maître Gallardo, à propos du contentieux du Valentin - Radio France
Une partie des documents de l'avocat du conseil départemental, maître Gallardo, à propos du contentieux du Valentin © Radio France - Marie line Napias

Il y a deux risques majeurs pour le Valentin : l'incendie et l'effondrement

L'expert judiciaire qui examine la solidité de la structure mène aussi une autre expertise sur le flocage du parking public, le flocage permet de rendre des parois résistantes au feu. En 2012, un constat d'huissier atteste que ce flocage se dégrade, et depuis, les entreprises qui sont intervenues sur ce chantier se renvoient les responsabilités. comme le Valentin est un établissement recevant du public, une commission départementale de sécurité l'inspecte régulièrement, elle a déjà fait fermer une partie du parking en 2008, en attendant des travaux de mises aux normes de sécurité incendie. Cette commission n'est pas compétente en matière de structure, mais dans le doute, elle peut en référer au maire, puis au préfet, l'un ou l'autre peuvent prendre une décision de fermeture en attendant l'avis d'un expert. En ce qui concerne le risque effondrement, l'expert judiciaire n'a pas encore rendu son rapport, mais il connait bien le bâtiment et il aurait tenu des propos rassurants à l'avocat du département. 

Maître Gallardo se veut rassurant sur l'état de la structure

L'expert a commencé son travail. On espère qu'on aura un résultat début décembre 2019. Le président du tribunal a estimé que ces travaux doivent être financés par la copropriété, mais comme la copropriété n'a pas d'existence, personne ne peut payer à sa place. Le président du tribunal a autorisé le Département à avancer les frais pour le compte de la copropriété. L’acompte initial est de 60 000 euros. J'espère que nous aurons des réponses avant la mi-décembre. Je pense que l'expert nous donnera des résultats intermédiaires avant cette date, tant qu'il n'a pas fini il ne peut pas s'exprimer. 

L'expert n'a pas vu un risque immédiat pour la solidité globale de la structure. 

Le maire va tenir une réunion ce jeudi au casino des Eaux-Bonnes.  une réunion qui devait être consacrée uniquement au déneigement de la plateforme, qui se fait sous la responsabilité de la mairie, même si l'espace appartient à la copropriété du Valentin. Le maire a un pouvoir de police, et il va devoir tenir compte des inquiétudes à propos de la solidité de la structure qui soutient l'esplanade, le parking et les immeubles. L'esplanade ne devrait pas supporter plus de 400 kilos au mètre carré, pas question donc d'y faire passer une dameuse, ce qui a déjà été fait. Les commerçants installés tout autour de la place vont aussi devoir faire évoluer leurs pratiques. 

Etant donné le contexte, la réunion sera élargie, avec la participation de représentants de l'Etat, du Département, l'administrateur provisoire, les copropriétaires. Il s'agit de savoir si le parking et l'esplanade ne risquent pas de fermer pendant la saison de ski. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu