Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Grâce à Seconfier.com, la société Saint-Vincent-de-Paul de Rennes aide les jeunes souffrant de solitude

mercredi 30 août 2017 à 18:50 Par Théo Hetsch, France Bleu Armorique et France Bleu

Si vous vous sentez seul ou déprimé, voici peut être de quoi vous aider. Seconfier.com est une nouvelle plate-forme de chat lancée dans la région. Le fondateur est un jeune ingénieur qui a noué un partenariat avec la société St Vincent de Paul d'Ille-et-Vilaine.

Manuel Remond, le président départemental de la Société Saint Vincent de Paul d'Ille et Vilaine et le fondateur de Seconfier.com, Philippe de Vomecourt
Manuel Remond, le président départemental de la Société Saint Vincent de Paul d'Ille et Vilaine et le fondateur de Seconfier.com, Philippe de Vomecourt © Radio France - Théo Hetsch

Rennes, France

Depuis un mois, Manuel Remond est inscrit comme écoutant sur seconfier.com. Le président de Saint Vincent de Paul à Rennes a déjà reçu une quinzaine d'appels à l'aide : "un jeune de 16 ans m'a contacté hier", raconte-t-il, "il a des problèmes avec ses parents et ne savait pas trop comment en parler. "On a de plus en plus de jeunes qui viennent nous voir parce qu'ils se sentent seuls", explique Manuel Remond, "mais souvent quand on leur propose de venir en parler dans notre local, ils sont réticents, ils ont peur de franchir la porte". Le chat est donc pour l'association un moyen de contacter un public plus jeune.

Je me suis rendu compte que beaucoup d'autres jeunes vivaient des situations difficiles, mais n'avaient pas forcément les moyens de contacter quelqu'un

Reste à convaincre les bénévoles de l'association de se mettre au chat. Certains, parmi les plus âgés, ne sont pas très à l'aise. Pour les convaincre, Philippe de Vomecourt, le fondateur de 23 ans. Il a créé ce site il y a six mois. "Je viens d'une famille où il y a un terreau dépressif important et moi-même, à mon entrée en école d'ingénieur, j'ai vécu des moments pas faciles", raconte le jeune homme, "j'ai pu bénéficié du suivi d'une psychothérapeute de mon école, mais je me suis rendu compte que beaucoup d'autres jeunes vivaient des situations similaires, mais qui n'avaient pas forcément de biais facile pour contacter quelqu'un".

La plate-forme seconfier.com compte pour le moment une douzaine d'écoutants, dont deux de la société Saint-Vincent de Paul d'Ille-et-Vilaine - Radio France
La plate-forme seconfier.com compte pour le moment une douzaine d'écoutants, dont deux de la société Saint-Vincent de Paul d'Ille-et-Vilaine © Radio France - Théo Hetsch

"Ensuite, si la personne veut aller plus loin, on lui propose de la diriger vers les structures appropriées"

Avec un ami à lui, il se lance donc dans le projet en janvier, monte le site internet et y consacre une partie de ses économies. Il recrute également des écoutants, bénévoles, parmi ses amis étudiants. "Des personnes de confiance", explique-t-il. Mais qui n'ont aucun diplôme en la matière. Tous ont cependant été formés à l'écoute active, aux techniques de questionnement. Ils suivent régulièrement des séances de prises de recul et sont supervisés par des psychologues.

Le reportage de Théo Hetsch :

Seconfier.com, l'occasion de joindre un public jeune un peu perdu

Sur seconfier.com, on peut discuter anonymement avec des bénévoles, de tous les sujets. "C'est un premier contact indispensable", explique Philippe de Vomecourt, "ensuite, si la personne veut aller plus loin, que son problème nécessite une aide professionnelle, on lui propose de la diriger vers les structures appropriées, comme "SOS suicide", "allo enfance maltraitée", etc...". Pour l'instant, les écoutants ne sont que 12. Bien occupés... Depuis le lancement du site en février, ils ont écoutés 400 personnes. Selon une étude de la fondation de France, 1 français sur 10 est en situation d'isolement.