Société

Grand Belfort : inquiétude sur les activités périscolaires pour les petites communes

Par Wassila Guittoune, France Bleu Belfort-Montbéliard jeudi 19 janvier 2017 à 9:08

La loi NOTRe a transformé le visage des intercommunalités
La loi NOTRe a transformé le visage des intercommunalités © Maxppp - Lionel VADAM

Le Grand Belfort, né de la fusion au 1er janvier de la Communauté de l'agglomération belfortaine et la Communauté de communes du Tilleul et de la Bourbeuse, se réunit ce jeudi soir pour le premier conseil communautaire, pour élire son président. Les maires des petites communes restent inquiets.

C'est l'une des conséquences de la Loi NOTRe : la fusion entre la CAB et la Communauté de communes du Tilleul et de la Bourbeuse. Le Grand Belfort compte désormais 53 communes et 105 000 habitant, soit les trois quarts du Territoire de Belfort. Le premier conseil débute ce jeudi à 18h à Belfort. Mais certaires maires sont inquiets.

"Notre inquiétude concerne les activités périscolaires" affirme Michel Blanc, maire de Lacollonge, commune de 250 habitants : "il est prévu que le Grand Belfort rende cette compétence aux communes, le retour de cette compétence va poser un problème de gestion (...) Si par exemple il y a un problème de personnel, si quelqu'un tombe malade, il n'y aura pas de solution miracle. Ce sera beaucoup plus difficile à gérer que sur une grande structure".

En revanche, Michel Blanc salue "l'extension de l'utilisation des équipements du Grand Belfort (...) Il sera par exemple plus facile d'aller à la patinoire du Grand Belfort, qu'actuellement où il faut réserver longtemps à l'avance avec un certain coût." D'autre part, les écoliers de Lacollonge seront également équipés de "tablettes et tableaux numériques".

L'élu souligne également qu'il n'y a pas d’inquiétude quant à une éventuelle augmentation d'impôts pour les habitants de Lacollonge.

Interview de Michel Blanc, maire Lacollonge